Mettre fin aux agressions! À vous de jouer!

Un jeu d’enfant! « Magasiner en français, un jeu d’enfant! »

C’est à vous, et à vous seulement, qu’il revient de choisir la langue que vous parlez.

Mettre fin à la mauvaise foi, à l’agression.

Vous ne devez surtout pas accommoder les commerçants ou tout autre établissement du Québec qui refusent d’embaucher du personnel qui parle la langue nationale, le français, et qui, ainsi, vous imposent l’anglais. Ce n’est pas à vous, comme clients, d’offrir à un commerce le service qui, selon le bon sens et de plus selon vos droits linguistiques, doit être disponible en tout temps sans qu’il faille le demander.

En tout temps sans qu’il faille le demander!

Ici, on est au Québec et la langue nationale est le français. Vous devez refuser de vous comporter en minoritaires au Québec! Ne passez jamais à l’anglais!

C’est évident que certains commerçants sont de mauvaise foi puisque vos droits linguistiques fondamentaux sont en vigueur depuis près de cinquante ans. Leur refus de vous servir en français est une forme d’agression!

Il incombe aux commerces et autres entreprises de vous accueillir, de vous servir et de vous informer en français. Mais, c’est à vous de vous en assurer en refusant de parler anglais au Québec.

Vendredi fou et emplettes de Noël

Participant à la vision « Panier bleu », et voulant profiter de ce temps de l’année où la frénésie du « Vendredi fou » et des emplettes de Noël est à son paroxisme, le mouvement Impératif français lance une vaste campagne promotionnelle ayant pour thème : « Magasiner en français, un jeu d’enfant! »

Merci de diffuser dans vos réseaux!

Sur le même sujet : Petit « Guide pratique Que faire? » Pour une résistance proactive contre le service en anglais!

À ce lien, vous verrez les deux messages de notre plus récente campagne promotionnelle.: « Magasiner en français, un jeu d’enfant » que nous invitons à partager généreusement.


Il est possible de se procurer le livre en cliquant sur la bannière ci-dessous
Jean-Paul Perreault contre la colonisation des cerveaux

4 commentaires

  1. F de Montréal a bien raison sur un point, nous ne sommes plus dans les années 50 où, contrairement à ce qu’il dit, les gens n’étaient pas ignorants mais exploités à tous égards. Je me souviens encore du centre-ville de Montréal de cette époque qui ressemblait, visuellement, à celui de n’importe quelle ville « canadian » ou états-unienne. Tout ou presque s’y passait en anglais ou dans un bilinguisme forcé où le français n’en menait pas large. Le visage français de Montréal n’empêchera jamais les touristes de s’y sentir mal à l’aise. Au contraire, ils apprécieront le dépaysement qu’ils recherchent, qu’ils apprécient hautement et qui les fera revenir. Soyons fermes et imposons-nous dans notre propre pays. Un commerce qui refuse de nous servir en français ne mérite que mauvaise publicité et boycottage.

  2. Bien oui. Monsieur le pro français qu’en est il du touriste, des visiteurs. Après ça ne vous demandez pas pourquoi les gens locaux commandent en ligne qui viennent d’entrepôt de l’Ontario et que les boutiques ferme par manque de clients. Que les sièges social déménage en Ontario. Et que les touristes vont aillseurs. Oui essayer de faire le service en français, mais sinon adapter vous. On n’est plus dans les années 50 ou les gens sont ignorant. Le mondial est multilingue adapter vous vous serez des milliers de fois plus puisant. J’oubliais acheter local est un mythe, 95% de ce qui est vendu dans nos boutiques viens d’ailleurs donc à existe pratiquement pas le local et quand ça existe c’est 10 fois plus chers que le reste.

    • Jamais baisser les bras, faire respecter le français, notre langue nationale, est un combat de tous les jours en Outaouais, heureusement que l’organisme Impératif français nous y aide.

  3. Bien d’accord.
    On achète en français et localement.

Participez à la discussion en laissant un commentaire...