La pensée unique ou la colonisation des cerveaux

Cela s’apparente à un arrachage systémique de nos cultures et à un anéantissement de nos artistes.

Américanisation - Try and Stop UsDe plus en plus de gens acceptent de se laisser inférioriser, banaliser et coloniser sous prétexte que l’anglais, ou plutôt l’américain, serait la langue universelle. Or, la langue universelle n’existe pas. Ce qui existe universellement c’est la diversité des langues.

Pour des raisons de pouvoir et pour des raisons économiques, l’anglosphère cherche, par la conquête des esprits à implanter cette vision de l’anglais langue des affaires, langue des sciences, langue de la chanson populaire, langue universelle, langue neutre faisant des autres langues des langues secondes et même moins. L’anglosphère n’a pas de peine à travailler pour faire avancer son projet de « vision et langue unique ». Les multiplicateurs ou vecteurs de diffusion au sein de la francophonie et ailleurs propagent même sans réfléchir ces mythes et mensonges qui ne servent qu’à leur banalisation et infériorisation. On agit sur les valeurs, les perceptions, les attitudes et les comportements. On colonise les cerveaux.

Quand, par exemple, un dirigeant ou un élu d’un pays francophone prend la parole ici ou dans un contexte international en anglicisant son propos, il trafique l’identité nationale de ses concitoyens et participe à la multiplication de la vision unique et ainsi à la colonisation des cerveaux. Il existe des moyens subliminaux, sans doute plus subtils encore et certainement très efficaces, pour procéder à la conquête des cerveaux, pour faire avancer la vision de la présence de l’anglais partout, le « tout-anglais », le mur à mur : l’anglicisation des aéroports, des marques de commerce, des revues, des événements internationaux, des lieux touristiques, des organismes internationaux, des universités, des médias et quoi encore !?

Au milieu de ce chienlit se trouvent des stations de radio et de télévision qui nous parlent franglais et diffusent de plus en plus de musique vocale américaine, de contenus en anglais sans même les traduire. Les publicités audiovisuelles baignent dans un environnement musical anglais. La critique culturelle des médias se concentre de plus en plus sur la culture américaine. Cela s’apparente à un arrachage systémique de nos cultures et à un anéantissement de nos artistes.

On remarque aussi la popularité croissante des prénoms anglais choisis par des parents bien intentionnés qui y voient un moyen d’appartenir au groupe dominant. Nous observons ce genre de comportement normalement chez toutes les minorités du monde qui veulent ainsi s’approprier les signes qui permettent d’être perçu comme membre du groupe qui possède le prestige et le pouvoir. Anormal au sein des nations qui se respectent.

On colonise les cerveaux. On américanise les préférences culturelles. On réussit à convaincre une multitude qu’elle sera mieux si elle s’approprie la langue et les valeurs de l’anglosphère. En réalité cette attirance vers la langue et ses valeurs profite avant tout au prestige, au rayonnement de la culture anglosaxonne et au produit intérieur brut (PIB) des pays anglophones.

Accepter ce vaste mouvement unilatéral et totalitaire, c’est collaborer à la casse sociale et culturelle de toute la francophonie.

Paul Morissette, auteur et
Jean-Paul Perreault, président du mouvement Impératif français

P.-S. Ce sujet fait l’objet de l’essai politique « Jean-Paul Perreault contre la colonisation des cerveaux » relatant des situations et interventions citoyennes dont il est aussi question dans le site Internet du mouvement Impératif français en cliquant ICI.

1 commentaire

  1. Bravo! Intelligente, concise et magnifique, cette mise au point est magistrale. Mille mercis!

Participez à la discussion en laissant un commentaire...