Marche et manifestation pour exiger le renforcement du projet de Loi 96

À l’occasion de la Journée nationale des Patriotes

Plusieurs milliers de personnes ont participé, vu, applaudi la marche pour la Journée nationale des Patriotes qui manifestaient et déambulaient samedi sur les rues St-Catherine  et Dorchester exigeant, entre autres, de l’Assemblée nationale qu’elle renforce la Loi 96 pour y inclure, entre autres, l’implantation d’un passage unique en français pour tous et toutes au niveau collégial, sinon l’application de la Loi 101 au cégep et au 1er cycle universitaire.

Plusieurs personnes dans la foule piétonnière rassemblée le long du parcours saluaient, applaudissaient et scandaient leur appui aux marcheurs et manifestants. Plusieurs personnes de la foule rassemblée sur les rues du parcours se sont jointes à la marche et à la manifestation.

Plusieurs manifestants en ont d’ailleurs profité pour tapisser les vitrines du Tim Horton, entreprise prédatrice reconnue pour son indécrottabilité dans ses méthodes de gestion et recrutement de personnel, qui se fait un devoir d’embaucher du personnel incapable de parler français, imposant ainsi l’anglais comme langue d’accueil, de service et de travail.

Impératif français remercie les organisateurs, plus particulièrement Maxime Lawrence et son équipe « Québec 101 » pour cette grande réussite à répéter. Devant un tel succès, ils ont hâte de poursuivre leur démarche d’expression de la démocratie de rue.

Allocution du Président d’Impératif français à la manifestation du 21 mai
Notes personnelles – Système scolaire de langue anglaise un écher ( E ) et une faillite (F ) comme institution québécoise!

Quoiqu’on dise ou quoiqu’on fasse le Québec par son identité « propre » ajoute à la diversité culturelle mondiale. (Artistes, conférenciers, professeurs, entreprises…)

Le Québec est une des sociétés les plus évoluées de la planète. Et nous tenons à remercier le peuple, c’est-à-dire VOUS, qui sans relâche, depuis des siècles, vous battez pour la protection, l’affirmation et l’avancement de son identité nationale. 

Sauf que certains agitateurs d’ici et du Canada, depuis des siècles et encore aujourd’hui, s’animent et s’amusent à  obstruer l’avancement de la vision québécoise. Le Québec a le droit et le devoir comme peuple et comme nation plurielle d’exister, de vivre, de rêver, de travailler, de magasiner en français, la langue nationale et commune pour tous et toutes.

Le système scolaire de langue anglaise, du primaire jusqu’à l’université, échoue lamentablement sa mission d’institutions du Québec, dont la langue commune, publique et nationale est le français. Elles ne méritent rien de moins comme évaluation qu’un « E » ou un « F »!

Ces établissements, pourtant québécois, décernent, chaque année, depuis plusieurs années, des dizaines de milliers de diplômes à des étudiants qui ne maîtrisent pas la langue de travail. Hier, aujourd’hui et demain, ces étudiants devenus travailleurs ou gestionnaires imposent et continueront d’imposer l’anglicisation du Québec par, ici la bilinguisation des francophones pour accommoder leur unilinguisme béat de rejet du français et de la société québécoise.

Il faut le mentionner, à leur façon, ces institutions canadiennes de langue anglaise… agissent comme des « occupants ». On y forme des gens au profil Apatheid, lequel Apartheid se voit et s’entend partout dans les grandes régions métropolitaines de Montréal et de l’Outaouais. Une visite des universités McGill et Concordia, des cégeps de langue anglaise et du Ouest-De-L’Île effacera tout doute, si vous en aviez encore.

Penser à la Chambre des Communes, à la fonction publique fédérale, aux sociétés publiques (Air Canada, CN, etc.) qui procèdent, par évidente mauvaise foi et manipulation, à l’embauche et à la nomination d’unilingues anglais! Tout est dit! La volonté canadienne est de faire de l’anglais la langue dominante d’un océan à l’autre et les tendances le confirment, d’un recensement à l’autre. Cette vision défrancisante, suprémaciste et discriminatoire progresse et le français ne cesse de reculer. Ceci est le résultat de stratégies canadiennes suprémacistes d’arrachage du français. Penser à tous les ambassadeurs, consuls, hauts fonctionnaires, ministres, attachés politiques, gestionnaires, membres de conseil d’administration, PDG   unilingues anglais ou presque qui imposent l’anglais et la défrancisation systémique mur à mur ou presque du Québec.

Devant cet échec lamentable du système scolaire de langue anglaise comme institutions québécoises, et ceci depuis des années, l’Assemblée nationale doit mettre sur pied un tronc commun au passage obligatoire, un système scolaire collégial unique pour tous et pour toutes de langue française. Et aussi étendre les dispositions de la Charte de la langue française au 1er cycle universitaire. L’État doit mettre en place les mesures nécessaires pour s’assurer que seuls les étudiants ayant fait la preuve de leur connaissance et maîtrise du français, et ceci sans exception, auront droit au diplôme.

Une nation qui se respecte ne peut accepter qu’une autre lui dicte ses volontés et son avenir.

Un sondage – répondez par Oui ou par Non.

1)            Le Québec est une société de langue française?
2)            L’apprentissage et la maîtrise du français doivent y être obligatoires?
3)            Le Québec doit interdire l’exigence de la connaissance d’une autre langue que le français pour travailler au Québec ?
4)            Le Québec, étant une société plurielle et ouverte, doit exiger la connaissance du français aux immigrants et en tester la connaissance à leur arrivée et un an plus tard ?
5)            Au Québec, la langue de travail pour tous et pour toutes est le français ?
6)            Comme Québécois, je m’engage à ne parler que français au Québec, mais encore plus avec les Québécois d’origine allophone et anglophone ?
7)            Nous réclamons de l’Assemblée nationale la mise sur pied d’un niveau collégial pour tous en français et l’application de la Loi 101 au 1er cycle universitaire ?
8)            En cette Journée nationale des Patriotes, je m’engage à être en tout temps et partout un « Patriote du Québec », un Patriote du français ?

Participez à la discussion en laissant un commentaire...