Impératif français décerne son Prix Citron au Parlement canadien, au transporteur Air Canada, à son conseil d’administration et à son PDG et réclame son départ immédiat.

L’affront a assez duré!

ARRACHAGE DU FRANÇAIS

Puisque ce PDG d’Air Canada est unilingue anglais et par conséquent incapable de parler français ou si peu, il n’aurait jamais dû être embauché. Ce genre de situation est dénoncée depuis fort longtemps!  Si ce problème existe, c’est parce que le Parlement canadien et ici, le Conseil d’administration d’Air Canada et ses membres pris individuellement et collectivement, appuient et exploitent son existence pour en profiter et cela même si ceci banalise et efface toute une nation, le Québec, et la francophonie canadienne.

Nous exigeons son départ que ce soit sous la forme d’un départ « volontaire » ou de son congédiement.

Ce problème est voulu dans les hautes sphères du Parlement pour l’avancement de l’anglais, pour soutenir le recul du français et pour soumettre le Québec à la vision canadienne en faveur du suprémacisme anglophone! Depuis des siècles le Canada oeuvre par manipulation politicienne à faire de l’anglais la langue « mur à mur » au Canada!

Intox! Désinformation! Manipulation! Foutaise! Dans le Rapport préliminaire ci-joint du Commissariat aux langues officielles, « Air Canada » invoque pour tenter de justifier l’injustifiable qu’il ne s’agissait pas d’une communication publique, mais d’une « rencontre privée » avec les membres de la Chambre de commerce de Montréal métropolitain (CCMM) et que le PDG y était à « titre personnel »!!! Du n’importe quoi!

La langue de bois! À la lecture des recommandations du Rapport préliminaire, pour résoudre ce problème pourtant récurrent depuis toujours, le Commissaire parle avec mollesse dans des termes vides : « prendre des mesures », « élaborer », « communiquer », « mettre en œuvre »!

Et dire qu’Air Canada parle de la « langue de son choix » concept inventé pour assurer le suprémacisme anglophone et pour faire de l’anglais la langue de travail, de communication…  Avec un PDG qui ne parle pas français, quelle sera la langue de son choix ? Nous prennent-ils pour des idiots!

Rien de moins ! Une recommandation responsable du Commissaire aux langues officielles serait : « Nous demandons au Parlement et Air Canada de prendre, sans tarder, les mesures qui s’imposent pour obtenir le départ du PDG d’Air Canada, les remplacements nécessaires au CA, la démission du ministre des Transports et que le Parlement s’engage à ne plus nommer d’incompétents en maîtrise du français aux postes de Gouverneur général, ministres, sous-ministres, attachés politiques, hauts fonctionnaires, ambassadeurs, consuls, administrateurs aux conseils d’administration et à la direction des Sociétés de la Couronne, etc.

Participez à la discussion en laissant un commentaire...