Le français dans les rues de Montréal. Qu’en est-il ?

Quel message envoyons-nous au monde entier? Que le Québec, sinon sa métropole, est anglophone? Nous nous plaignons ensuite que les immigrants reçus s’intègrent mal.

UNE IMAGE VAUT MILLE MOTS

À Montréal, des milliers de personnes ont participé à la manifestation pour le climat. JACQUES NADEAU LE DEVOIR

Voici la photo que publiait Le Devoir du 24 septembre dernier. Elle aurait été prise à Montréal lors d’une manifestation pour le climat. Plus de 110 000 élèves du Québec ont séché les cours pour y participer. Des milliers d’autres personnes, dont des élus de tous ordres, y auraient participé.

Se peut-il que cette photo ait été prise à Montréal? On n’y voit que des affiches en anglais. On défend le climat, certes, mais on noie le français. Comment peut-on l’expliquer :

  • La photo aurait été prise à Toronto et non pas à Montréal?
  • Les organisateurs et les manifestants étaient majoritairement anglophones?
  • Ils manifestaient pour promouvoir l’anglais au Québec et dans le monde?
  • Les Québécois se soucient beaucoup du climat, mais peu du français?
  • Le photographe a choisi cette photo dans le but de nous provoquer?

Ces manifestations se sont tenues partout à travers le monde. Est-ce une raison pour s’afficher en anglais à Montréal? Quel message envoyons-nous au monde entier? Que le Québec, sinon sa métropole, est anglophone? Nous nous plaignons ensuite que les immigrants reçus s’intègrent mal.

Décidément, la langue anglaise, menaçante et envahissante, commence sérieusement à nuire à la nôtre. La loi 96 a vraiment besoin d’avoir du mordant.

Denis Turcotte

1 commentaire

  1. Pourtant, le peuple québécois est une espèce menacée qu’il faut protéger. Cette pollution par les pancartes disqualifie tous ces prétendus écologistes.

Participez à la discussion en laissant un commentaire...