La Francophonie s’adresse au peuple romand

pour qu’il rappelle à l’ordre les Gouvernements cantonaux romands et leur demande de se tenir dignes et debout.

Après l’appel lancé au peuple de France et à son Président, la Francophonie s’adresse au peuple romand pour qu’il rappelle à l’ordre les Gouvernements cantonaux romands et leur demande de se tenir dignes et debout.

Philippe Carron, Président Collectif Langue française, Suisse romande

Des quatre coins de la Francophonie des voix s’élèvent qui exhortent les élus romands à redresser l’échine face aux zélateurs du tout-anglais qui ont décidé d’en finir avec une langue française devenue manifestement la langue à abattre et qui s’acharnent à saper le socle identitaire de tout un peuple, lui infligeant la pire humiliation en écornant son droit le plus légitime à vivre dans sa langue. Elles leur enjoignent de mettre en place des dispositions législatives coercitives susceptibles d’enrayer la descente aux enfers d’une langue française qui a tout donné d’elle au monde et qui se voit vouée aux pires gémonies sur son propre sol.

Les peuples francophones demandent au Gouvernement helvétique de modifier de toute urgence les dispositions constitutionnelles relatives à la protection des langues nationales face à un idiome prédateur qui les force à un exil forcé sur leurs propres terres. Ils prient les plus hautes instances de ce pays de cesser ce verbiage hypocrite qui fanfaronne à la planète entière son sempiternel discours sur les vertus de la « cohésion linguistique » au pays de Rousseau, de Dürrenmatt et d’Alberto Nessi alors que cette dernière a été réduite en charpie par le globish mortifère des tenants de la doctrine ultra-libérale de la « caste de la pub et du fric ».

Suisse romande 2021La planète francophone met en garde la nation romande des conséquences de cette attitude suicidaire qui constitue le symptôme implacable d’une entité séduite par l’idée de s’anéantir à force de vouloir s’aliéner à une idéologie qui camoufle, sous des dehors de velours, des desseins de compactage et de formatage culturels à l’échelle mondiale. Elle exhorte les Romands à une vigilance accrue de peur que tout leur environnement linguistique ne bascule dans un avenir tout proche dans une affligeante « diglossie » qui ouvrirait la voie aux mêmes pires abus qu’ont connu d’autres peuples à d’autres époques… et qui se sont réveillés un jour l’âme marquée à tout jamais d’une indicible douleur.

Les Francophones réclament des Suisses romands qu’ils se montrent dignes et à la hauteur de leurs responsabilités de membres à part entière de cet immense espace géopolitique que constitue la Francophonie, devoirs que ne possèdent ni les Alémaniques ni les italophones de la Confédération. Ils leur rappellent avec une insistance toute particulière le sort peu enviable qu’ont subi les Romanches au cours de la phase finale de leur histoire, qu’au train où vont les choses le français pourrait tout aussi bien devenir, chez lui et à l’instar du rhéto-romanche, une simple curiosité folklorique, un parler juste bon à animer les potins du Café du Commerce.

Enfin, les peuples de langue française des cinq continents demandent d’une seule et même voix aux ministres cantonaux romands de redonner à la langue française la place de choix qu’elle avait au sein des Institutions européennes et internationales, et ceci à un moment crucial de l’Histoire où l’anglo-américain est en train d’imposer, en toute  illégitimité, son emprise hégémonique non seulement aux peuples de tout un continent, mais à la planète entière sous le fallacieux prétexte d’une Communication planétaire qui, en fait, n’a jamais eu lieu et n’aura jamais lieu.

Ensemble, faisons bloc contre le fantasme de la langue unique et agissons.  L’anglais n’est pas une langue nationale et doit le rester, au même titre que le turc, le serbo-croate ou le tamoul.

Associations partenaires signataires de l’opération

Collectif Langue française, Suisse romande Président : Philippe Carron
Impératif français, Québec Président : Jean-Paul Perrault
Association Francophonie Avenir (AFRAV) Président :Régis Ravat
Association COURRIEL Président : Georges Gastaud
Défense de la langue française, section suisse Président : Aurèle Challet
Carrefour des Acteurs sociaux, Dircas Président :Joël Broquet
Alliance Champlain, Nouvelle-Calédonie Président : Daniel Miroux
Haut Conseil international de la Langue française Secrétaire. général : Albert Salon
Francophonie Force Oblige Président : Alain Ripaux
Entente Île-de-France/Québec Président : Serge Dubief
Centre d’études et de réflexion sur le monde francophone Président Ilyes Zouari
Avenir de la langue française Présidente : Catherine Distinguin
DLF, en Pays de Savoie Président : Philippe Reynaud
Défense de la langue française Secrétaire général adjoint : Marceau Déchamps
Association pour la promotion de la Francophonie en Flandre Président : Edgar Fonck
Ceqfan/Centre d’études du Québec et des Francophonies d’Amérique du Nord Président Bernard Emont
Etienne Tarride Avocat honoraire au barreau de Paris, ancien membre du Conseil de l’Ordre

Participez à la discussion en laissant un commentaire...