Chez les Dubois, un matin de décembre

« Les zélateurs du tout-anglais du moment vont trouver d’ici peu des jeunes loups encore plus voraces, plus iconoclastes, plus pilleurs et casseurs de langue qu’eux…. En fait, ils n’auront fait que préparer la voie à plus roués qu’eux dans l’art du lynchage linguistique.» (Philippe Carron)

La pensée uniqueAujourd’hui, toute la famille Dubois est hyper speed et dans les starting-blocks : c’est le dernier week-end pour le shopping de fin d’année.

Maman flippe déjà d’oublier quelqu’un en faisant le listing des cadeaux !

La maman : Ah là là ! j’suis pas cool ! J’ai peur de zapper ma sœur Betty comme l’an dernier et surtout d’oublier le home trainer pour le fitness de Mammy.

Delphine, qui veut calmer un peu sa mère : mais non, stresse pas…sinon c’est le burn-out assuré !  On va lui changer son look à la Bettyelle qui parle que de relooking. On va lui offrir un string, un legging et des boots, elle qui se prend pour un top model en route pour la Fashion Week. N’oublions surtout pas de lui prendre le dernier eye-liner d’EYE CARE… c’est le trend, il paraît.

Le papa, un brin taquin : Et pour Bastien, un short, un jogging, et des baskets, des fois qu’il se mettrait au running ! Il pourrait se préparer pour le Midnight Christmas Run de l’année prochaine… Lui qui reste scotché devant son ordi ou couché sur son iPad ou son palmtop.

La maman, pompier de service : Bon, ça va, on va partir ! Bastien, change de T-shirt ! Vous les teenagers, plus c’est trash et grungy, mieux c’est ! Mets ton T-shirt customisé, tu l’aimes bien, non ?

Le papa, qui s’impatiente : Bon, en attendant, je vais checker mon box pour voir si j’ai des e-mails ou des SMS sur mon Iphone. Ah, oui ! je dois aussi juste commander une nouvelle access card pour mon card reader.

La maman : Ahhh non ! Je sais que c’est hard de rester au top avec un executive manager aussi pushy que le tien, mais aujourd’hui, oublie ton job, on s’occupe d’abord de la famille…  enfile le sweat qui est sur la chaise et va me chercher la shopping-list dans le tiroir du hall. Aujourd’hui, tant pis pour le dress code.

La maman, toujours elle : Dis, on fait quoi ce soir après le shopping ?

Le papa regarde le programme et d’un air dubitatif. Je vous dis cash : rien de bien sexy !

Sur RSR 1 : Du foot ! Les play off de la champion’s league !  Pas intéressant, avec tous ces journalistes qui se prennent pour des VIP

Sur RSR 2 : Un talk show sur le racket à l’école ! Après ça, une émission sur le gros business des foodtrucks

Sur France 1 : The voice ! avec le coach qui en profite pour placer son dernier single !  Ce genre de lyrics, nul !

Sur France 2 :   Les meilleures entrées du box-office…avec interviews des réalisateurs et le making of de leurs films ! Peanuts !

Sur la 3 :  Un film à suspense ! Genre gore et flippant, on fait pas mieux. C’est pas le plus cool pour me remettre en forme et pour me booster. Toutes façons, c’est un remake

La 5 :  En prime time, la nouvelle Star, et ensuite le magazine people qui fait le buzz en ce moment. Ce soir, le coming out de la star française du moment CM. Mammy en est une groupie

La 6 : le Top 10 best of des meilleurs single !  J’imagine déjà la playlist

Et la 7 L’émission : On passe à table. Avec au menu : le fooding face au fast food

Et la 8 ? demande DelphineOn l’a déjà vu, Delphinec’est l’histoire du gentleman-farmer qui donne une garden-party chez lui.  C’est aussi un self-made man qui a fait du night clubbing son hobby

Et sur Canal+ : Un match de rugby. Je suis pas addict de ce genre de show. Moi, c’est surtout le stand up paddle et le wakeboard sur le lac de Bret

Et sur Europe 2 : Tout savoir sur les hedge funds et les stock-options en des temps de crise. Pas très clean, tout ça

La maman : Tu as raison ! C’est vraiment pas top, comme tu dis ! ! On n’a qu’à se regarder un bon thriller sur un DVD… ou alors un de ces derniers blockbusters de Freddy Lapoigneavec au menu du popcorn ou des nuggets, ou alors des hotdogs.

Le papa : Pour moi, mon pack de bière et mes chips au curry

Bastien :  Vous m’oubliez, moi je veux mes crackers et mes cookies.

Delphine : Moi, pendant ce temps, je me mettrai mon nouveau blush, mon lip-gloss, histoire de me refaire entièrement mon make-up. Ensuite, j’aurai bien le droit de me faire des selfies bien flashy

Le papa En somme, une soirée des plus relax. C’est trop top, hein ? On va devenir des vrais couch potatoes, mais ça fait rien.

Toute la famille : Wow ! COOL ! C’est Trop COOL !

NB : Ceci étant notre petit-nègre quotidien, rares sont ceux qui pourront rendre le texte dans un français intelligible et tirer leur épingle du jeu, mais qui sait… ?  Alors, à vos marques…

En cas de questions : philippe.carron@citycable.ch

Mais attention ! Ceci n’est que la pointe « l’iceberg ». Le processus d’américanisation qui sévit dans toute la sphère francophone d’Europe se joue dans toute son ampleur dans les bureaux  et autres institutions qui ont pignon sur les grandes avenues de Romandie, de France et de Wallonie, là où les spécialistes du numérique et consorts, les trentenaires et les quadragénaires tout particulièrement, s’adonnent avec une rage toute consommée à la castration pure et simple d’une langue qui, assurément, en jette trop de sa prestance… et dont ils ne comprennent absolument rien du génie.

A ce sujet, on peut voir sur la Toile des artistes francophones parodier avec brio la bêtise et la niaiserie et l’indigence culturelle de ces apprentis-sorciers qui, si le ridicule tuait, en laisseraient plus d’un sur le pavé.

Pourtant, ces zélateurs du tout-anglais du moment vont trouver d’ici peu des jeunes loups encore plus voraces, plus iconoclastes, plus pilleurs et casseurs de langue qu’eux…. En fait, ils n’auront fait que préparer la voie à plus roués qu’eux dans l’art du lynchage linguistique.

Philippe Caron
Philippe Carron

Participez à la discussion en laissant un commentaire...