« The Snow Sallanches Haute-Savoie »

À tous les défenseurs de la langue française

Nous avons décidé de réagir contre l’appellation « The Snow » donnée au complexe commercial en construction à l’entrée de Sallanches,au Pays du Mont-Blanc. Devant l’absence de réponse de Monsieur le Maire, j’ai diffusé notre lettre auprès des médias régionaux ; l’agence du Dauphiné-Libéré de Sallanches a décidé de publier un 1 er article le 3 avril, puis un autre le 10 avril, suite à la réaction de la mairie et de l’aménageur. M. Marceau Déchamps, secrétaire-général-adjoint de DLF nationale a, de son côté, envoyé une lettre pour appuyer notre démarche. Vous trouverez (ci-dessous) les lettres et articles de presse correspondants.

L’anglo-américanisation de notre environnement, dans nos villes et dans nos stations de sports d’hiver, comme dans les médias, a pris une telle ampleur que nous devons continuer et amplifier nos actions de protestation. Peut-être celle de Sallanches, comme certaines autres en cours, fera t-elle bouger les choses, nous l’espérons. L’appui des amis du Québec, par courrier postal à Monsieur le Maire de Sallanches et/ou par courriel à la journaliste du Dauphiné  Mme Ledru <maelle.ledru@ledauphine.com>,  ne pourrait être que très positif et convaincant…

Lucien Berthet  secrétaire de Défense de la langue française en Pays de Savoie

PS : Ce sont plutôt les articles 1  2  3 de la loi Toubon qui s’appliquent dans ce cas et non l’article 14 ( aménageur privé, même si la mairie a été engagée par la vente de terrains communaux)

Adresses utiles :

1. Monsieur Georges Morand, Maire de Sallanches : Page pour commentaires : http://www.sallanches.fr/44-contact.htm

2. Le développeur opérateur commercial créé en 2004 par Fabrice Dumartin : le groupe Les Arches Métropole : contact@lesarchesmetropole.fr


Lettres à la Mairie de Sallanches

Défense de la langue française
en Pays de Savoie
Siège social : Chambéry  –  Courriel : dlfsavoie73-74@laposte.net
Adresse de correspondance : 80, rue des grands champs  73190 Challes-les-Eaux

Monsieur le Maire de Sallanches
30 Quai de l’ Hôtel de Ville
74700  SALLANCHES

Objet : Projet de complexe commercial « The Snow »

le 28 janvier 2019                                                            

Monsieur le Maire,

Nous avons appris l’existence d’un projet de création d’un nouveau complexe commercial sur les terrains situés entre Carrefour-Entrepôt du bricolage et l’hôtel IBIS. Nous savons que ce projet est contesté, notamment par les associations écologiques qui s’élèvent contre la destruction d’une zone naturelle humide.

Nous regrettons beaucoup, quant à nous, qu’une fois de plus, la langue française soit bafouée et que, par ce nom « The Snow »,  l’on cède à cette tendance absurde et délirante vers toujours plus d’anglais dans notre environnement. Cette anglo-américanisation systématique, massive et continue de notre région et de notre pays n’est pas, comme veulent le faire croire les communicants et les agences de publicité, le signe de la modernité et de l’ouverture au monde mais une banalisation, la perte de notre identité et la soumission à une véritable colonisation culturelle. Elle représente une véritable atteinte portée à notre langue nationale, par ailleurs langue historique du Duché de Savoie, au profit de  la domination et de l’hégémonie d’une langue étrangère,  l’anglo-américain, dans tous les secteurs d’activités.

Il est triste et regrettable de voir les pouvoirs publics, les collectivités, les institutions de la République, fermer les yeux sur ce phénomène funeste et dévastateur, ou pire, l’encourager. La Constitution et la législation sur la langue française, notamment la Loi Toubon (voir pièce jointe),  imposent pourtant des obligations précises en la matière ; nous-mêmes, comme d’autres associations partenaires, avons déjà été amenés à engager des recours administratifs et/ou contentieux, dans des cas de non-respect grossier de notre langue et de la loi. Mais nous privilégions, dans un premier temps, le dialogue et la persuasion.

La mairie de Sallanches étant dès l’origine associée  à ce projet de complexe commercial, notamment par la vente de terrains communaux, nous espérons une intervention ferme de votre part auprès des sociétés chargées de sa réalisation et de sa commercialisation pour que son nom et toute la publicité qui l’accompagne soient en français. Elles seront informées prochainement de la présente lettre.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Maire, en nos sentiments très respectueux.

Pour le bureau de DLF en Pays de Savoie,  Lucien Berthet  secrétaire

Notre  association  est  une  délégation  régionale  de « Défense de la langue française » à PARIS
Site internet : http://www.langue-francaise.org/index.php
Association agréée pour défendre la langue française et la francophonie

LOI  du 4 août 1994  dite Loi Toubon  (extraits)

(source : le site gouvernemental de la DGLFLF http://www.dglflf.culture.gouv.fr/droit/loi-fr.htm)

Art. 1er. –
Langue de la République en vertu de la Constitution , la langue française est un élément fondamental de la personnalité et du patrimoine de la France.
Elle est la langue de l’enseignement, du travail, des échanges et des services publics.
Elle est le lien privilégié des États constituant la communauté de la francophonie.

Art. 2. –Dans la désignation, l’offre, la présentation, le mode d’emploi ou d’utilisation, la description de l’étendue et des conditions de garantie d’un bien, d’un produit ou d’un service, ainsi que dans les factures et quittances, l’emploi de la langue française est obligatoire.
Les mêmes dispositions s’appliquent à toute publicité écrite, parlée ou audiovisuelle
.
Les dispositions du présent article ne sont pas applicables à la dénomination des produits typiques et spécialités d’appellation étrangère connus du plus large public.
La législation sur les marques ne fait pas obstacle à l’application des premier et troisième alinéas du présent article aux mentions et messages enregistrés avec la marque.

Art. 3. – Toute inscription ou annonce apposée ou faite sur la voie publique, dans un lieu ouvert au public ou dans un moyen de transport en commun et destinée à l’information du public doit être formulée en langue française.
Si l’inscription rédigée en violation des dispositions qui précèdent est apposée par un tiers utilisateur sur un bien appartenant à une personne morale de droit public, celle-ci doit mettre l’utilisateur en demeure de faire cesser, à ses frais et dans le délai fixé par elle, l’irrégularité constatée.
Si la mise en demeure n’est pas suivie d’effet, l’usage du bien peut, en tenant compte de la gravité du manquement, être retiré au contrevenant, quels que soient les stipulations du contrat ou les termes de l’autorisation qui lui avait été accordée.

Art. 4. – Lorsque des inscriptions ou annonces visées à l’article précédent, apposées ou faites par des personnes morales de droit public ou des personnes privées exerçant une mission de service public font l’objet de traductions, celles-ci sont au moins au nombre de deux.
Dans tous les cas où les mentions, annonces et inscriptions prévues aux articles 2 et 3 de la présente loi sont complétées d’une ou plusieurs traductions, la présentation en français doit être aussi lisible, audible ou intelligible que la présentation en langues étrangères.
Un décret en Conseil d’État précise les cas et les conditions dans lesquels il peut être dérogé aux dispositions du présent article dans le domaine des transports internationaux.

Article 14 – L’emploi d’une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d’une expression ou d’un terme étrangers est interdit aux personnes morales de droit public dès lors qu’il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions réglementaires relatives à l’enrichissement de la langue française.
Cette interdiction s’applique aux personnes morales de droit privé chargées d’une mission de service public, dans l’exécution de celle-ci.


Monsieur Georges Morand
Maire de Sallanches
30, quai de l’hôtel de ville – BP117
74706 SALANCHES cedex

Paris, le 13 avril 2020

Réf : md2020022
Objet : The Snow

Monsieur le Maire,

Notre délégation des Pays de Savoie nous tenu a informés du projet de construction, dans votre commune, d’un centre commercial qui porterait le nom de « The Snow ».

Nous nous associons à la protestation de nos amis savoyards. Pourquoi donner la préférence à l’anglais alors même que les principaux pays anglo-saxons dédaignent notre langue. En avons-nous honte nous-mêmes ?

Nous ne voulons croire que la Savoie, qui s’illustra dans la résistance à l’envahisseur, soit disposée à bannir notre langue au profit de la langue des maitres.

Heureusement, l’article du Dauphiné Libéré qui nous a été communiqué, fait mention de votre intervention auprès du promoteur et de la possibilité de remettre en cause ce choix malheureux.

Nous vous apportons tout notre soutien et nous ne manquerons pas de faire connaître votre action auprès de nos adhérents si vous obtenez l’attribution d’un nom bien français (ou savoyard) à ce nouveau centre commercial.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre considération distinguée.

Marceau Déchamps
Secrétaire général adjoint


Articles de journaux

Article du Dauphiné libéré du 3 avril 2020


Article du Dauphiné libéré du 10 avril 2020Articles de journaux

Participez à la discussion en laissant un commentaire...