Le 1er février : Journée mondiale de la honte!

Une bavure historique honteuse qui ne cesse, à la face du Monde, de nous humilier tous et toutes.

Jeffery Amherst

Amherst

La Ville de Gatineau a fait du 1er février, la Journée mondiale de la honte, une journée sombre pour l’Humanité entière, mais encore plus pour tous les Peuples autochtones de la Terre, en votant à la majorité, le 1er février 2011, en faveur d’un criminel notoire de guerre, Jeffrey Amherst, un criminel de guerre qui avait recommandé l’extermination des Amérindiens : « You will do well to try to innoculate the Indians by means of blankets, as well as every method that can serve to extirpate this execrable race »!

Amherst petite véroleMalgré les nombreuses demandes citoyennes répétées, le conseil municipal a de Gatineau maintient toujours sa manipulation politicienne dans tout ce dossier en refusant de réparer cette bavure historique honteuse qui ne cesse, à la face du Monde, de nous humilier tous et toutes.

« Le conseil municipal rate toujours l’occasion de se tenir debout face à l’Histoire. Il préfère continuer de s’écraser et ainsi ternir internationalement la réputation du Canada, du Québec, de l’Outaouais et, par-dessus tout, de Gatineau!  Il persiste à rater le rendez-vous historique important avec la Réconciliation et la Grandeur », de déclarer le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault.

rue Amherst, Gatineau, QCEn refusant de faire disparaître de son espace public le nom du criminel de guerre, Amherst, la Ville de Gatineau  refuse toujours, à sa façon, d’appuyer la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones.

L’Histoire se souviendra! Les livres d’histoire écriront : « Le 1er février 2011, et aujourd’hui encore, le conseil municipal de Gatineau refuse de réparer une bavure historique humiliante pour toute l’Humanité en votant en faveur du maintien de l’hommage à un criminel de guerre, Jeffrey Amherst, qui avait recommandé l’extermination des Amérindiens. »

« Nous maintenons plus que jamais notre demande et dans l’attente d’un geste de grandeur, nous réclamons toujours des excuses publiques pour le geste de honte que le conseil refuse toujours de corriger », conclut M. Perreault.

Adresse utile : Maire@gatineau.ca

Participez à la discussion en laissant un commentaire...