Dans la capitale fédérale, Dynacare met le français en punition dans le coin!

Le français serait-il une langue honteuse pour les responsables de ce laboratoire?

Dynacare annonce COVIDMonsieur Vito Ciciretto, Président-directeur général
Monsieur Brendon Lalonde, Vice-président, Développement des affaires, Solutions et service aux clients
Monsieur Sebastien Beauchamp, Vice-président, Relations gouvernementales
Dynacare
115, Midair Court
Brampton (Ontario) L6T 5M3

Objet : Le français en punition dans le coin!

Messieurs,

Au laboratoire Dynacare du 595 chemin Montréal à Ottawa, l’affiche française sur la COVID-19 est reléguée dans un coin, à l’abri des regards de la clientèle composée pourtant d’un bon nombre de francophones. Pourquoi? Le français serait-il une langue honteuse pour les responsables de ce laboratoire?

Pouvez-vous me dire quand la haute direction de la compagnie Dynacare va-t-elle passer un message clair aux autorités dudit laboratoire pour qu’elles servent la clientèle francophone avec tout le respect qu’elle mérite en matière d’accueil, d’affichage et de services, et cela, en conformité avec la mission et les valeurs de Dynacare?

Permettez-moi de vous raconter comment on montre peu de sensibilité à l’égard des francophones à ce laboratoire Dynacare.

Première visite

Dynacare annonce COVIDLe 7 juillet 2020, mon médecin me recommande une prise de sang. Je me rends au laboratoire Dynacare à l’adresse susmentionnée. En raison de la COVID-19, je me place derrière trois ou quatre personnes, dans le corridor, près des ascenseurs, en respectant la distanciation physique recommandée. J’aperçois la préposée, vêtue de masque, visière et combinaison de protection, sur le pas de la porte d’entrée du laboratoire. Elle accueille les gens en anglais tout en leur posant des questions sur la COVID-19.

Dans le coin, entre la porte de l’ascenseur et celle donnant accès à l’enceinte du labo, on aperçoit une affiche, en anglais seulement, qui décrit l’importance du port du masque et des questions relatives à la COVID-19. Cette affiche est installée sur un panneau pliable à deux faces, en forme de V inversé.

Alors qu’une seule cliente me précède, je m’adresse, en français, à la préposée pour lui demander pourquoi il n’y a pas de version française de l’affiche. Visiblement, elle ne me comprend pas. Je relance ma question en anglais. Embarrassée, elle ne sait pas quoi dire. Je lui fais remarquer qu’il serait utile d’afficher une version française pour le bénéfice des francophones. Je lui signale que l’on pourrait, par exemple, installer un panneau vertical suffisamment grand pour y fixer les versions française et anglaise, l’une au-dessus de l’autre. Je l’invite à transmettre mes doléances à ses supérieurs. La cliente qui me précède, une francophone, abonde dans le même sens.

Après avoir répondu à toutes les questions relatives à la COVID-19, j’entre et m’assoie dans la salle d’attente. Une idée me vient à l’esprit. La version française se trouverait-elle derrière le panneau?

Je n’ose pas y croire. Cela serait odieux de la trouver « coincée ». Je me dis qu’une fois la prise de sang terminée, je jetterai un coup d’oeil derrière le panneau en sortant, juste au cas. Mon pressentiment se confirme : la version française s’y trouve, face au coin! J’en reste estomaqué.

Pourquoi donc rédiger, traduire, réviser, traiter, monter, imprimer et fixer une affiche française à un panneau pour finalement ne pas l’exposer au grand jour? Le message sur la COVID-19 que Dynacare veut diffuser n’est-il pas tout aussi important pour les francophones? Je garde cet incident en mémoire dans l’espoir que mes doléances transmises verbalement à la préposée soient acheminées aux autorités compétentes. Je serai déçu…

Deuxième visite

Le 12 novembre 2020, je retourne audit laboratoire pour une autre prise de sang. J’entretiens l’espoir d’y trouver enfin la version française à la vue de tous. Mauvaise surprise : le même panneau s’y trouve, la version française étant toujours « en punition » dans le coin. Je rage de l’intérieur. Le mépris se poursuit as usual. J’en profite pour prendre quelques clichés.

À nouveau, l’accueil se fait principalement en anglais. Mais lorsque je m’adresse en français, le préposé se « débrouille » en français, sans plus. Je lui fais part de ma désapprobation à voir l’affiche en français toujours à l’abri des regards et l’invite à transmettre mes doléances à ses supérieurs. Comme je l’avais fait en juillet, je suggère que l’on affiche les deux versions dans un grand panneau vertical. Le préposé trouve que c’est une bonne idée. En dépit de mes deux interventions en quelques mois, je doute, à ce jour, que mes commentaires ont porté fruits.

C’est pourquoi j’ai jugé bon d’en saisir les plus hautes autorités de Dynacare. Je veux tout de même vous féliciter pour l’excellent site Web de votre organisation, en particulier la version française. Toutefois, je m’attends à ce que Dynacare déploie autant d’efforts et de volonté pour inciter les dirigeants de tous ses emplacements à offrir un service en français (accueil, affichage, services) de qualité égale à l’anglais. Car la belle image que Dynacare projette dans le Web* ne se retrouve pas nécessairement sur le terrain, dans les laboratoires que fréquente la population. Il serait dommage de croire que Dynacare contribue subtilement à l’assimilation des francophones… Au fait, que pensez-vous de l’idée de n’afficher que la version française? Quelle réaction, pensez-vous, aurait la clientèle anglophone? N’aurait-elle pas raison de s’indigner, elle aussi?

Dynacare profite de l’argent des francophones : elle peut et doit mieux servir la francophonie du pays. Les grandes entreprises comme la vôtre ont aussi un rôle à jouer dans la valorisation du français au Canada. Ce n’est pas seulement aux politiques et aux gouvernements d’agir. Allez, osez; un peu de courage, messieurs!

En terminant, permettez-moi ce rappel historique.

  • Il y a deux langues officielles au Canada dont le français.
  • En Ontario, il y a une loi sur les services en français.
  • Le drapeau franco-ontarien est un emblème officiel de l’Ontario.
  • Notre Place est l’hymne officiel des Franco-Ontariens reconnu par la province.
  • La présence française en Ontario remonte à plus de 400 ans.

Dans l’espoir que vous ferez le nécessaire pour améliorer la situation du français dans tous vos emplacements, en particulier celui susmentionné, je vous prie d’agréer, Messieurs, mes salutations distinguées.

Michel Ouimet
Ottawa ON

*Nous promettons de :

  • Comprendre vos besoins et fournir les bonnes solutions;
  • assurer à tous ceux que nous desservons des soins respectueux et empreints de compassion;
  • rassurer les gens et les habiliter à prendre des décisions éclairées en matière de santé, décisions pouvant avoir un impact positif sur leur vie;
  • inspirer la confiance lors de chacune de nos interactions.

Parmi vos valeurs figurent celles-ci :

Faire preuve de compassion. Nous y parvenons en assurant les soins de la plus grande qualité possible et en traitant chaque personne avec empathie et respect.

Être centrés sur les clients. Nous fournissons les bonnes solutions aux besoins des clients. De ce fait, nous nous efforçons d’instiller la confiance et la tranquillité d’esprit lors de chacune de nos interactions.

Adresse utile : https://www.dynacare.ca/

1 commentaire

  1. Félicitations M. Ouimet pour vos démarches

Participez à la discussion en laissant un commentaire...