Prix Citron 2018-2019

C’est l’embarras du choix! Les lauréats sont...

Impératif français décerne son célèbre prix Citron, pour l’année 2018-2019, aux « lauréats » suivants :

Volet international

À l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour la nomination d’une Secrétaire générale en provenance d’un pays, le Rwanda, qui a choisi de s’angliciser, au détriment du français, et ceci dans le cadre d’un Sommet de l’OIF où l’anglais dominait outrageusement. (Secretariat.SG@francophonie.org)

Volet canadien 

À Doug Ford, premier ministre de l’Ontario, qui a fermé la première université de langue française en Ontario avant même que celle-ci n’accueille sa première cohorte étudiante et qui a, de plus, aboli le ministère aux Affaires francophones (pour ensuite le recréer sous pression populaire!).

À Caroline Mulroney, Procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, pour sa complicité dans les dossiers de la fermeture de la 1re université de langue française en Ontario et du ministère aux Affaires francophones. (caroline.mulroney@pc.ola.org)

À Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, incapable de parler français dans une province, à la fois canadienne et acadienne, ayant pourtant le français comme langue officielle. (premierministre@gnb.ca)

Volet fédéral 

À Luc Berthold, député fédéral conservateur, qui reproche à une ministre fédérale de parler français, alors que plusieurs de ses collègues conservateurs pratiquent un unilinguisme anglais béat!  (Luc.Berthold@parl.gc.ca)

À Anthony Housefather, député fédéral de Mont-Royal, qui s’oppose à ce que la Charte de la langue française s’applique aux entreprises privées de compétence fédérale. (Anthony.Housefather@parl.gc.ca)

À l’Office national de l’énergie (ONE) pour le Rapport de réexamen du projet d’agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain, rédigé en anglais seulement et contrevenant ainsi à la Loi canadienne sur les langues officielles. (infomontreal@neb-one.gc.ca et infovancouver@neb-one.gc.ca)

Volet national 

À l’Office québécois de la langue française (OQLF) qui refuse de reconnaître le recul du français au Québec, mais encore plus dans la grande région de Montréal, et qui n’a toujours pas produit son bilan quinquennal comme l’exige l’article 160 de la Charte de la langue française. (www.oqlf.gouv.qc.ca)

Hydro-Québec

À Hydro-Québec qui envoie à celles et ceux qui le demandent des factures en anglais, et seulement en anglais, ainsi qu’à l’Office québécois de la langue française qui a approuvé cette pratique anglicisante. (www.hydroquebec.com)

Aux Barreaux du Québec et de Montréal pour leur tentative de faire invalider les lois et règlements de l’Assemblée nationale non adoptés en anglais, sous prétexte que leur adoption en français seulement serait inconstitutionnelle. (infobarreau@barreau.qc.ca)

Au Gouvernement du Québec qui n’a toujours pas mis en vigueur l’article 1 de la loi 104, adoptée à l’unanimité en 2002 par l’Assemblée nationale, qui obligeait le gouvernement à ne communiquer qu’en français avec les entreprises établies au Québec. (ministre@mcc.gouv.qc.ca)

Volet Montréal 

À la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui s’est adressée en anglais seulement dans son discours d’accueil à trois nouvelles entreprises en intelligence artificielle. (https://mairesse.montreal.ca)

Volet Outaouais 

Au Parti libéral du Québec et à l’Université McGill qui ont camouflé sous de « fausses nouvelles » l’obligation de suivre une année préparatoire entièrement en anglais, de surcroît à Montréal, à McGill, pour pouvoir s’inscrire au nouveau programme de médecine en Outaouais, région à 90 % francophone. (info@plq.org et office.secretariat@mcgill.ca)

Source :
Impératif français
www,imperatif-francais.org
imperatif-francais.org

1 commentaire

  1. Vous voulez peut-être ajouter la NAFRAC à votre liste :
    https://www.nationfrancaiseducanada.com/

    Ils ont quelques bonnes idées :
    https://www.nationfrancaiseducanada.com/transfert-de-juridiction

    Et ensuite ils nous présentent ceci :
    https://www.nationfrancaiseducanada.com/la-promotion-de-la-langue-francaise

    Oui, c’est ça : ils veulent abroger tout statut officiel pour l’anglais et le français dans leurs situations minoritaires respectives. En d’autres termes, ils veulent carrément abandonner les francophones en situation minoritaire hors Québec pour qu’ils puissent abandonner les anglophones en situation minoritaire au Québec.

Les commentaires sont fermés pour cet article.