L’école anglaise désertée par les anglophones qui préfèrent envoyer leurs enfants à l’école française.

Ce phénomène prend de plus en plus d’ampleur et ira en augmentant.

Selon le Rapport sur l’évolution de la situation linguistique au Québec de 2019 (page V), en 2015, plus de « 28 % des élèves de langue maternelle anglaise » fréquentent l’école française au Québec alors qu’ils n’étaient que de 8 % en 1976.

Ce phénomène peut en partie s’expliquer, au-delà de la qualité de l’enseignement et de vie, par le désir des parents de voir leur progéniture participer au projet emballant et à la volonté québécoise de créer, de développer et d’offrir au Monde une vision unique en Amérique du Nord, une vision différente de celle de leurs voisins étatsuniens et canadiens.

Tout cela pose un défi intéressant au système scolaire de langue française, soit celui de s’assurer que la langue de l’école entre les élèves, du début à la fin du transport scolaire, est le français : au gymnase, dans les corridors, les autobus scolaires, la  cafétéria…

2 commentaires

  1. Il serait très intéressant d’avoir des chiffres en valeur absolue : 28 % ça fait combien d’élèves, à comparer à combien d’élèves dans le système francophone ? A priori, c’est faible, mais à vérifier. Par contre, école par école, il y a probablement des endroits où ce pourcentage est élevé, Et où se pose effectivement le risque d’anglicisation d’une école française.
    En résumé, s’ii il s’agit effectivement d’un indicateur psychologique positif, il faut être très attentif concrètement… Si c’est possible.

    J’en profite pour signaler la rubrique « Francophonie » de mon site YvesMONTENAY.fr et en particulier l’article https://www.yvesmontenay.fr/2019/06/23/la-situation-du-francais-a-montreal-en-2019/

  2. Bonne nouvelle!

Participez à la discussion en laissant un commentaire...