La francophobie – Coup pour coup, et plus!

Le sinistre système de paye Phénix vs SNC Lavallin

Jody Wilson Raybould

Jody Wilson Raybould

D’un côté, les médias anglais, les politiciens et certains partis fédéraux, mais surtout le Parti conservateur, ainsi que Jody Wilson Raybould exigent que l’on assassine l’entreprise québécoise SNC Lavallin, ses milliers d’emplois directs et indirects et ses retombées multiplicatrices en la poursuivant en justice pour ensuite la priver de tous contrats sur une période de dix ans, au lieu de convenir, comme la loi le permet, d’un Accord de poursuite suspendue (APS) qui lui permettrait, entre autres, de protéger les employés, les retraités et surtout de demeurer en affaires et compétitive. Cet acharnement du Canada anglais contre le Québec et la francophonie dégage une très forte odeur nauséabonde de francophobie, de racisme, de suprémacisme et de québécophobie. Nous n’en sommes pas au premier ni au dernier cas dans l’histoire du Canada.

De l’autre côté, les mêmes médias, politiciens et partis politiques fédéraux du Canada anglais n’exigent pas du gouvernement qu’il n’accorde plus, pour dix ans au moins, de contrat à IBM qui a conçu et développé le « sinistre » système de paye Phénix. Juste pour sa mise en œuvre, ce funeste système de paye a coûté, au bas mot, plus de 300 millions de dollars aux Québécois et aux Canadiens et nécessitera, selon un rapport du Bureau du vérificateur général, « plusieurs millions de dollars et plusieurs années » pour être redressé, en plus de causer forte détresse, anxiété, maladie et dépression à plusieurs milliers de fonctionnaires, ainsi qu’à leurs familles, privés de paye ou dont la paye a été amputée et continue même de l’être! De leur côté, les responsables contractuels, ici IBM, les politiciens et les sous-ministres et hauts fonctionnaires en cause sont toujours indemnes!

La justice sociale, si elle existe au Canada anglais, exige, dans les deux cas, des excuses publiques, des sanctions exemplaires, des congédiements et, selon le cas, l’emprisonnement de tous les « responsables », incluant bien sûr les politiciens en cause, et également des excuses publiques, des engagements fermes et des réparations de la part des compagnies en cause, mais en aucun cas des mesures extrêmes et répressives qui auraient pour conséquence, entre autres, des pertes d’emplois.

Le Québec et la francophonie canadienne n’ont plus le choix. Ils doivent rendre coup pour coup et même faire encore plus pour rattraper tous les dégâts historiques causés par la vision suprémaciste et francophobe du Canada anglais. Coup pour coup, et plus!

Il serait, pour commencer, tout indiqué que Jody Wilson Raybould remette sa démission comme députée! Elle est, dans le cas de SNC Lavallin, l’instigatrice de l’acharnement obsessif contre le Québec. Voici son adresse courriel Jody.Wilson-Raybould@parl.gc.ca.

Quant au fiasco du système Phénix, le peu de mobilisation syndicale est déroutant. Les réparations, les excuses, les sanctions et les congédiements dans la haute fonction publique se font toujours attendre. Serait-ce parce que ce problème est canadien et non québécois?