La colonisation des cerveaux vue de l’Europe

Les Suisses atteints « d'aplaventrisme » aigu

Alors que l’anglosphère, par son Brexit et le délire étatsunien incarné par les frasques de Donald Trump, déstabilise l’Europe et « menace » à tout vent l’équilibre et la paix dans le Monde, les nations, au lieu de riposter, y participent en écrasant leurs valeurs nationales, ici surtout leur langue et culture, pour se banaliser, s’inférioriser, se soumettre au tout à l’anglais en s’anglicisant, s’américanisant.

Voici un article du journal suisse « Le Temps » de ce vendredi pour vous montrer à quel point la Suisse romande et la Suisse tout court s’écrasent aussi devant les tenants de «  la pub et du fric » tout en écrasant  subtilement la moindre velléité de résistance à l’intérieur.
Philippe Carron, Suisse

CEO, COO, CFO… Les titres de fonctions en anglais séduisent


Plus d’information sur l’image. La Poste mentionne Roberto Cirillo aussi bien comme étant son directeur général que son CEO.


Julie Eigenmann
Publié vendredi 6 décembre 2019 à 10:23
ENTREPRISES

CEO, COO, CFO… Les titres de fonctions en anglais séduisent

CEO, COO ou Community Manager: l’anglais s’est infiltré jusque dans les noms des postes des entreprises, même les plus suisses. Un usage pour des raisons pratiques mais aussi pour renvoyer une certaine image

Marc Trillou, fondateur & «CEO», Jovana Rotula, fondatrice & «COO» ou encore Steevens Segura, partenaire & «CTO». L’équipe de la start-up romande TieTalent se présente ainsi sur son site internet: un bon exemple de la façon dont l’anglais est utilisé aujourd’hui pour décrire nos postes.

CEO, COO et CTO? Un langage codé, peut-être, pour les non-initiés; des appellations communes pour les habitués. Chief Executive Officer, le plus utilisé, ou directeur général. Chief Operating Officer signifie (entre autres traductions) directeur des opérations. Chief Technology Officer désigne le directeur de la technologie. Le CFO ou Chief Financial Officer, fréquemment mentionné aussi, est le directeur financier. Il ne fait aucun doute que l’anglais a envahi le vocabulaire d’entreprise avec ses confcallsworkshops ou soft skills. Mais on réalise peut-être moins qu’il a aussi transformé les appellations des fonctions, et les fonctions avec.

Des titres difficilement traduisibles

Pour Marc Trillou, fondateur et CEO, donc, ces titres mi-français, mi-anglais reflètent l’aptitude de son équipe à utiliser les deux langues. «Elles se mélangent de manière naturelle. On «switche» au quotidien, illustre-t-il – sans le réaliser – avec un verbe très franglais. Tout le monde parle anglais ici, c’est la langue maternelle de notre cofondatrice. Nous avons des contrats avec des clients ou des candidats qui ne parlent que cette langue.» Marc Trillou admet aussi l’influence du milieu start-up, très anglo-saxon.

Lire aussi: Mercato des cadres, une entreprise à risques

Mais nombre d’entreprises qui bénéficient d’une aura tout helvétique utilisent aussi la langue de Shakespeare au moment de définir leur poste. C’est notamment le cas de La Poste, qui mentionne aussi bien Roberto Cirillo comme directeur général que comme CEO. Et les cadres et employés du géant jaune utilisent parfois des titres anglophones, pas toujours traduits ni traduisibles. Exemple: le poste de Key Account Manager, ou «responsable grands comptes». «Il n’existe pas de stratégie particulière au sein de La Poste, rapporte Nathalie Dérobert Fellay, porte-parole. Nous adaptons les titres au lieu de travail et utilisons ceux qui sont les plus courants sur le marché, et, dans la mesure du possible, nous choisissons des désignations linguistiques nationales. Notre focus est surtout le marché suisse. Mais certaines descriptions de postes n’existent qu’en anglais, en particulier dans le domaine de l’informatique.»

D’autres entreprises très suisses mélangent les deux langues, à l’image de Swisscom qui mentionne par exemple sur son site les membres de sa direction sous les appellations «CEO Swisscom, Responsable Swisscom» ou «Responsable Group Human Resources».

Pour faire comme Apple et Google

Mais experts comme entreprises concèdent que les titres en anglais sont aussi une question d’image. «C’est vrai que CTO sonne mieux que directeur de la technologie, sourit Marc Trillou. L’anglais a l’avantage d’être compris par tous et ça nous arrange, parce que certaines traductions passent moins bien en français.» «C’est la langue des affaires, établie comme référence», complète Nathalie Dérobert Fellay.

Mais pourquoi un CEO semble-t-il plus dynamique qu’un directeur général? «Il se peut que les entreprises utilisent ces titres parce qu’ils possèdent un certain prestige souhaitable, estime Martin Hilpert, professeur en linguistique anglaise à l’Université de Neuchâtel. S’il y a par exemple un CFO chez Apple et Google, nous en voulons aussi un dans notre petite entreprise, n’est-ce pas?»

Lire également: Les chartes de valeurs, l’autogoal des dirigeants

L’anglais recèle donc une valeur symbolique, en donnant une image technologique, moderne, et un côté international. «L’information ici ne réside pas dans le mot, en l’occurrence dans le titre, mais dans l’usage de l’anglais, constate le professeur. Nous pouvons faire le parallèle avec une boulangerie qui a un nom français dans un pays anglophone: peu importe le sens du nom, ce qui compte, ce sont les références qui vont avec la langue.»

Le type d’entreprise joue aussi évidemment un rôle. «A-t-elle des employés, des clients ou des filiales qui communiquent en plusieurs langues? questionne Dardo de Vecchi, professeur à la Kedge Business School de Marseille, où il développe une linguistique appliquée au management. Si oui, les titres en anglais ont un intérêt. Mais est-ce que toutes en ont besoin? Je ne crois pas. Il arrive que l’anglais ne soit pas naturel mais ait été instauré simplement parce que ça «fait bien».

«Une part de snobisme»

Il y a souvent une part de snobisme dans ces titres anglais, juge Dardo de Vecchi. «Nous pouvons y voir un phénomène identitaire et de carrière: ces titres rassurent, font chic et international.» Mais le spécialiste précise que cet usage peut également être une source de malentendu: des équivalents n’existant pas toujours en français, les responsabilités qu’impliquent ces postes peuvent ne pas être envisagées par tous de la même façon. D’où l’importance d’un cahier des charges dans la bonne langue.

Retrouvez tous nos articles de notre rubrique Carrières

Pour les deux linguistes, la pertinence de l’anglais dépend aussi de la situation géographique de l’entreprise, si elle se trouve en zone frontalière, par exemple. En ce sens, pour Martin Hilpert, les sociétés suisses étant souvent déjà multilingues, l’anglais s’y inscrit d’autant plus facilement.

Serait-ce aussi l’origine anglo-saxonne de ces titres qui explique qu’ils ne soient pas toujours traduits? Entre autres, répond Dardo de Vecchi. «Les formations en management se sont développées et enseignent des grands modèles organisationnels qui viennent de l’anglais; beaucoup d’employés les ont ainsi intégrés dans cette langue. Et certains postes ont d’abord été conçus dans des entreprises anglophones, comme Chief Happiness Officer (CHO, responsable du bonheur) ou Community Manager, apparu avec les réseaux sociaux. Si nous traduisions en «chef communautaire» par exemple, plus personne ne comprendrait: le terme est entré dans les mémoires en anglais.»

Participez à la discussion en laissant un commentaire...