PATRIMOINE CANADIEN

Que Patrimoine canadien refuse de faire connaître le nom des festivals admis à ce jour à une subvention est la preuve irréfutable de l’hypocrisie et du manque de transparence de ce ministère dans la gestion des affaires publiques. Ceci témoigne de la culture du secret et du favoritisme qui anime ce gouvernement.

La vraie raison du refus de Patrimoine canadien n’est rien d’autre que de la discrimination, répression et vengeance fédérale à l’endroit de l’organisateur du festival, Impératif français, qui a pour mission d’œuvrer à promotion de la langue française, sujet déplaisant pour un gouvernement qui anglicise le Canada.

Patrimoine canadien a de plus détourné sa mission de promouvoir le patrimoine canadien ou québécois pour appuyer de plus en plus les festivals au contenu de plus en plus étatsunien.

Plus d’une fois, Impératif français a remis ses célèbres prix Citron et Coco au gouvernement fédéral et à ses ministères, dont Patrimoine canadien, et à ses sociétés d’État ou agences pour leurs nombreuses pratiques défrancisantes et assimilatrices.

Par exemple, seulement pour 2009 et 2010, voici la liste des lauréats fédéraux à la défrancisation et à l’assimilation et à la violation des droits linguistiques. La liste serait beaucoup plus longue si nous remontions plus loin dans le temps :

PRIX CITRON ET COCO 2010

Volet international
Les Jeux olympiques 2010 de Vancouver et son comité organisateur, le COVAN, le Comité international olympique (CIO) et le gouvernement du Canada pour la banalisation et l’infériorisation qu’ils ont infligées au français, langue officielle des Jeux et du Canada, et, ainsi, pour leur insulte à toute la francophonie et à l’histoire des Jeux.

Volet fédéral
La Cour suprême du Canada, institution fédérale partisane qui, par son jugement-démolition, a invalidé la Loi 104, loi adoptée à l’unanimité en 2002 par l’Assemblée nationale du Québec pour colmater une brèche dans la Charte qu’utilisaient de  » riches parents  » pour contourner leur obligation d’inscrire leur enfant à l’école française.

Volet régional
L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) qui, par ses pratiques suprémacistes anglophones, présente le Canada comme un pays anglophone aux Canadiens, aux touristes et aux immigrants. En effet, dans les nombreux aéroports du Canada, l’accueil et le service en français sont difficiles, voire impossibles à obtenir, même dans ceux de Montréal et d’Ottawa, la capitale du Canada!

PRIX CITRON ET COCO 2009

Volet canadien
Au gouvernement du Canada, Patrimoine canadien, la Commission des champs de bataille  » fédéraux  » et à son président, André Juneau, pour son projet de reconstituer et de célébrer sur les plaines d’Abraham, dans les écoles primaires et secondaires, dans son site Web et ailleurs le 250e anniversaire de la défaite en 1759 de la Nouvelle-France. Adresses utiles : www.ccbn-nbc.gc.ca et information@ccbn-nbc.gc.ca.

Volet fédéral
À la fonction publique fédérale qui pratique de façon systémique une discrimination à l’endroit des unilingues francophones. Selon le Rapport sur les langues officielles 2005-2006 de l’Agence de la fonction publique, 51,3 % des emplois fédéraux exigent la connaissance unique de l’anglais contre à peine 4,1 %, celle du français. Adresse utile : James Moore, ministre canadien des Langues officielles, MooreJ@parl.gc.ca.

Sans parler de la stratégie d’anglicisation du gouvernement canadien qui exige la connaissance de l’anglais pour près de 60 % des emplois fédéraux au Québec alors que ce ne sont que 10 % des emplois fédéraux qui exigent la connaissance du français en Ontario.

En bref, tout ceci pue la discrimination, la répression à la liberté d’expression et la promotion de l’anglicisation et de l’américanisation!

Jean-Paul Perreault
Impératif français
www.imperatif-francais.org

Adresses utiles :

James Moore
Ministre du Patrimoine canadien
Ministre des langues officielles
Moore.J@parl.gc.ca

Lawrence Cannon
Député de Pontiac en Outaouais
Ministre des Affaires étrangères
Ministre d’État (Commission de la capitale fédérale)Cannon.L@parl.gc.ca

Participez à la discussion en laissant un commentaire...