DES NOMS D’ENTREPRISE EN FRANÇAIS

Extrait d’un article de Cyberpresse publié le 9 janvier 2007

Les dépanneurs Marché Express du Québec ne deviendront pas des On the run.
Les dirigeants d’Esso ont pris cette décision, hier matin, après avoir constaté le tollé soulevé par l’idée d’angliciser le nom des dépanneurs affiliés aux stations-services du groupe.

Selon l’OQLF, cette volte-face pourra servir à convaincre d’autres multinationales de respecter l’identité culturelle en adoptant une enseigne francophone au Québec. Une vision que partage Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français, qui voudrait bien pousser encore plus loin le débat.

«Il doit y avoir un coût à payer pour toute entreprise qui refuse de respecter une identité culturelle, au Québec, mais ailleurs aussi, soutient-il. L’exemple actuel incite les Québécois à une réflexion à l’égard de leur comportements d’achat. Nous ne sommes pas obligés d’encourager des entreprises qui sont des prédateurs culturels.»

Selon lui, cet incident est révélateur de l’importance de la convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité culturelle mondiale, pour contrer «l’américanisation de la culture à l’échelle internationale».

Pour plus de renseignements:
http://www.cyberpresse.ca/article/20070109/CPACTUALITES/701090805/1019/CPACTUALITES

(Le 9 janvier 2007)

Participez à la discussion en laissant un commentaire...