ACCÈS AUX ÉTUDES UNIVERSITAIRES

Au moment du déclenchement des élections québécoises, Impératif français
tient à rappeler que les francophones sont toujours victimes de discrimination
et d’exclusion au Québec quant à l’accès aux études universitaires. Cette
discrimination est encore plus forte dans la région de l’Outaouais.

Les universités anglo-québécoises obtiennent un financement total de 1,2
milliard de dollars, soit 27,7 % des fonds destinés à toutes les universités du
Québec alors que la population anglophone ne constitue que 8,3 % de la
population du Québec.

L’Université du Québec en Outaouais (UQO) souffre de sous-développement sur
le plan de sa programmation en français : les possibilités de formation
universitaire en français en Outaouais sont deux fois moindres que dans les
trois autres régions de population à peu près semblable, à savoir le
Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Mauricie et l’Estrie. Par ailleurs, l’UQO demeure
l’Université la plus sous-financée des constituantes du réseau de l’Université
du Québec.

Rappelons que dans le cadre de la consultation pour une politique
linguistique en cours à l’UQO, diverses instances défendent le maintien et la
croissance de programmes de formation universitaire en anglais à l’UQO, ce qui
sous-entend une augmentation des dépenses devant être assumées par l’Université
aux dépens d’une croissance des programmes en français, et bien sûr,
l’anglicisation de la seule université francophone dans la région de la Capitale
fédérale.

Soulignons que dans la région de la capitale fédérale, les universités
anglophones d’Ottawa et de Carleton offrent plus de 100 programmes d’études
universitaires en anglais qui n’existent pas en français;

Nous invitons Messieurs les députés Benoît Pelletier et Marcel Proulx à
cesser de promouvoir l’anglicisation de l’Université du Québec et de sa
constituante en Outaouais, l’UQO, à prendre plutôt les moyens pour mettre fin à
la discrimination et l’exclusion d’étudiants privés de programmes d’études
universitaires en français et à s’assurer que les universités de langue
française reçoivent leur part du financement total consenti aux universités
québécoises.

Adresses utiles :

Monsieur Benoît Pelletier
Ministre responsable de l’Outaouais
ministre.saic@mce.gouv.qc.ca

Monsieur Marcel Proulx
Député fédéral de Hull-Aylmer
Proulx.M@parl.gc.ca

Monsieur Jean-Marc Fournier
Ministre de l’éducation, du Loisir et du Sport
ministre@mels.gouv.qc.ca

Monsieur Jean Vaillancourt
Recteur de l’UQO
rectorat@uqo.ca
jean.vaillancourt@uqo.ca

Monsieur Denis Dubé
Vice-recteur à l’enseignement
UQO
denis.dube@uqo.ca

Source :
Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications

Participez à la discussion en laissant un commentaire...