Pour Élections Québec, le français n’est pas la seule langue officielle et commune du Québec !

Les pratiques d’anglicisation systémique et systématique d’Élections Québec sont clairement injustifiées, inadmissibles. Pire, elles font mentir le gouvernement !

Voici un courriel envoyé par un de nos lecteurs, André Saint-Martin, en lien avec un de nos articles précédents au sujet de l’utilisation de l’anglais par Élections Québec : https://www.imperatif-francais.org/articles-imperatif-francais/articles-2022/la-direction-generale-des-elections-accuse-a-sa-facon-le-gouvernement-de-mentir/. Le texte en rouge représente nos commentaires en langue de bois à la réponse d’Élections Québec.

 

« Bonjour monsieur Saint-Martin,

 

Je souhaite vous faire un retour sur le commentaire que vous nous avez transmis à savoir pourquoi les documents envoyés aux électeurs sont intégralement bilingues.

 

L’un des volets de notre mission est d’assurer le libre exercice du droit de vote de l’ensemble des électrices et électeurs, un droit qui est protégé par la Charte des droits et libertés de la personne. Nous prenons toutes les mesures possibles pour ne pas le compromettre. Nous recourons à des mesures linguistiques particulières dans le cadre d’un événement électoral, comme les élections provinciales qui ont lieu présentement. (Nous ne voyons pas en quoi le français, langue officielle et commune de la démocratie québécoise, peut être un empêchement aux droits et libertés de la personne. Si c’est le cas, il faudrait condamner tous les États de ce monde où les élections ne se tiennent que dans la langue nationale !!! À sa façon, la vision anglicisante d’Élections Québec alimente ainsi le suprémacisme anglophone.)

 

Nous utilisons toujours la langue française en priorité, y compris lors d’élections, mais notre politique linguistique (c’est celle-ci qui doit être changée!) nous autorise (si elle autorise, elle n’oblige pas! C’est donc un choix politique!), dans certaines circonstances, à utiliser d’autres langues, notamment l’anglais, pour répondre aux besoins des citoyennes et citoyens (Étonnant de lire que pour Élections Québec, le français langue « commune » et de surcroît « officielle », ne répond pas aux besoins de tous les Québécois) ». Les documents dans lesquels nous utilisons d’autres langues doivent être essentiels ou utiles à l’exercice d’un droit garanti par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec ou être informatifs, et non strictement administratifs. (Étonnant d’apprendre qu’au Québec, ce qui est en français ne répond pas aux droits et libertés de la personne ou n’est pas informatif, et que pour qu’il le soit, ils doivent être en anglais !! Comme cela se fait ailleurs dans le monde, la démocratie pour tous et pour toutes peut très bien s’exprimer dans la langue nationale. Quant à ceux et celles qui ignorent la langue « commune », il n’appartient pas à l’État, ici Élections Québec, d’encourager le déficit démocratique en promouvant le non-apprentissage de langue officielle des élections officielles et communes québécoises !)

 

Nous utilisons d’autres langues seulement lorsque les délais prescrits par les lois électorales sont trop courts pour permettre à un électeur, à un candidat ou à un membre du personnel électoral de demander une version anglaise. C’est le cas des avis d’inscription. Il est primordial que toutes les électrices et tous les électeurs québécois aient une chance égale d’exercer leur droit de vote. C’est pour que le vote soit accessible que nous déployons des moyens supplémentaires, strictement encadrés par notre politique linguistique. (Il faut être anglomane pour croire qu’un Avis d’inscription en français pour tous ne serait pas compris par les non-francophones, et si c’était le cas de quelques-uns, les pratiques d’anglicisation systémique et systématique d’Élections Québec sont clairement injustifiées, inadmissibles. Pire, elles font mentir le gouvernement!)

 

Il est important de mentionner que pour l’instant, les dispositions de la Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français, touchant le directeur général des élections ne sont pas encore en vigueur. (En quoi les dispositions actuelles ont pu empêcher Élections Québec d’émettre, par exemple, les Avis, uniquement en français! Nous restons à l’écoute.)

 

Veuillez recevoir, monsieur Saint-Martin, mes cordiales salutations.

 

Valérie Julien

Directrice

Service des communications institutionnelles
Direction des communications et des affaires publiques
T.
 418 644-1090, poste 3427    T. 418 254-4415 (cellulaire)

 

 

Adresses utiles pour commentaires :

info@electionsquebec.qc.ca

Vjulien@electionsquebec.qc.ca

info@conservateur.quebec

dominique@plq.org

info@pq.org

info@coalitionavenirquebec.org

info@quebecsolidaire.net

ministre@mlf.gouv.qc.ca

ministre@justice.gouv.qc.ca

Participez à la discussion en laissant un commentaire...