Un Système d’éducation au service de la Régression collective tranquille

Nos diplômes dûment et officiellement accordés par nos institutions d'enseignement ont, et ce depuis au moins vingt-cinq ans, perdu toute valeur.

Madame et monsieur les ministres de l’Éducation du Québec, recteur@umontreal.ca

Réf. : https://vigile.quebec/articles/pas-digne-du-devoir

Madame McCann et monsieur Roberge, veuillez svp prendre 120 secondes de votre précieux temps pour constater de plein fouet – par le pertuis d’un cas particulier témoignant parfaitement du paysage général – la faillite de notre système d’éducation en pays de Camille Laurin.

De même que monsieur Michel-Louis Beauchamp (C. Lionel-Groulx) et madame Sandra Bolduc (C. des Trois-Saisons). Ainsi que le recteur Daniel Jutras, de l’Université de Montréal.

On sort diplômé(e) des collèges, privés ou publics indistinctement, avec comme outil fondamental, sauf infime minorité, la langue de l’enfant du primaire. « Diplômé », bien sûr, que l’on s’empresse d’accepter aussitôt à l’Université. D’où il ou elle sortira, quelques années plus tard, rediplômé. Toujours avec ses trois fautes de langue. Par ligne. Chez les plus méritants d’entre eux. Sauf infime…

Instruit d’une pensée, dès lors, qui ne va pas plus loin, forcément, que la petite poignée de mots généreusement offerte par les collèges Lionel-Groulx et des Trois-Saisons de notre joli petit monde. Ici simples cas de figure au vu de l’ensemble (il ne s’agit pas en l’occasion d’en faire des boucs émissaires, nonobstant l’indéniable et flagrante responsabilité de ces établissements spécifiques).

Nos diplômes dûment et officiellement accordés par nos institutions d’enseignement ont, et ce depuis au moins vingt-cinq ans, perdu toute valeur.

NOTRE RÉGRESSION COLLECTIVE EST RIEN MOINS QU’AFFOLANTE.
Quelle société pouvons-nous attendre d’un échec aussi généralisé. Aussi cuisant. Aussi suicidaire ?

Merci à madame Morgane pour ce cri.
D’intelligence.

Marianne,
une Québécoise qui n’est même pas une universitaire…
Mais il faut dire qu’à l’époque mes enseignants et mes professeurs n’étaient pas des analphabètes. Dûment diplômés.

20-VII-2020

Adresses utiles :


danielle.mccann.sagu@assnat.Qc.ca


jean-francois.roberge.chmb@assnat.Qc.ca;


recteur@umontreal.ca

3 commentaires

  1. Mes respects monsieur Horne. L’humour de votre commentaire est suave et très percutant. Merci.

  2. Mes enfants ont fait leur scolarité au Collège Marie de France à Montréal. Mon fils a quitté en seconde et travaille dans l’informatique, ma fille a passée le BAC et l’UQUAM avec une maîtrise en droit. Tous deux sont incapable d’écrire une ligne de français sans faire une à deux fautes. Apparemment l’orthographe n’a pas trop d’importance, c’est bien dommage.

  3. Depuis trente ans déjà, je dis que les diplômes ne sont que des reçus pour frais payés. C’est bel et bien le cas au Québec, seul endroit du monde où l’héduquassiont s’unit dans un ministère avec le loisir et le sport. Ça en dit long sur la piètre importance accordée à la culture au sein de la société québécoise de plus en plus analpha-bête.

Répondre à Scott Horne Annuler la réponse.