PSYCHIÂTRE – LINGUISTE

demandé d’urgence pour peuple anglomaniaque

La pollution anglomaniaque s’étend !

  • Promotion récente du « made in France » en anglais. On peut dire que cela commence mal !
  • « Choose France », mais en anglais évidemment. Au minimum, le bilinguisme aurait pu rappeler aux étrangers que la langue française existe encore en France : « Choisissez la France / Choose France ». Mais non, la soumission béate à l’anglais va de soi.

 

Dans sa déclaration du 31 décembre dernier, le président Macron dit vouloir « réinventer une qualité de vie à la française ». Ah oui, mais dans quelle langue, quand il ne bouge pas le petit doigt pour faire respecter la loi Toubon, oh combien laxiste, pourtant ?

Il devrait relire Albert Camus, redevenu à la mode :

  • « Ma patrie, c’est la langue française »
  • « Abîmer la langue française, c’est ajouter du malheur au monde ».

 

Il suffirait d’une décision au sommet de l’État pour renforcer la loi Toubon, imposer l’usage du français partout et en faire la promotion dans tous les domaines.

Au lieu de cela, nos soi-disant élites, dont le président Charles de Gaulle disait : « Le snobisme anglo-saxon de la bourgeoisie française est quelque chose de terrifiant. Il y a chez nous toute une bande de lascars qui ont la vocation de la servilité. » sont plus serviles que jamais et devenus rien moins que des collabos, semblant toujours chercher devant qui capituler et dans quel domaine.

On est frappé par les gigantesques complexes d’infériorité de nos « élites », tous domaines confondus (médias, politique, économie, etc.), vis-à-vis des anglo-saxons américains – mais combien de réels anglo-saxons sur les 330 millions d’américains ? Le terme anglophones serait plus exact –, qui deviennent le modèle absolu et la référence incontournable.
Pour ajouter à la soumission, le tout est souvent exprimé en « globish », sabir anglomaniaque à la mode, que des millions de français et francophones ne comprennent pas, ce qui n’a aucune importance, nos « élites » s’adressant exclusivement aux « élites ».

Irons-nous, avant qu’il ne soit trop tard, vers une prise de conscience de nos dirigeants actuels (les précédents étant sortis du même moule d’anglomaniaques serviles) ? Si l’on en juge par le comportement de nos représentants à Bruxelles, on peut en douter. Il suffirait pourtant de directives fermes venant du président pour que la soumission s’arrête net ! Ces directives viendront-elles ?

La langue, moyen idéal pour régler notre destin à tout jamais !

Yves Bouchereau, auteur de Speak Globish, ouvrage à l’usage des FACSA (Français Auto-Colonisés Sous-Américains Anglomaniaques). Les Éditions Sydney Laurent

Aussi disponible à https://www.amazon.fr/FACSA-Yves-Bouchereau/dp/B07HSZQKQ9

1 commentaire

  1. Psychiatre avec un accent circonflexe ? Je ne comprends pas pourquoi. C’est trop subtil pour moi…

Participez à la discussion en laissant un commentaire...