Oui, la France renie le français

La France se rabat sur l'anglo-américain.

Oui, la France renie le français. Oui, «ma» banque française, Le Crédit Lyonnais a une «news room», (une nèvze ro-ome, si je prononce correctement), plutôt qu’une salle de presse ou une salle des nouvelles ou une infolettre, selon le cas… Oui, la France se rabat sur l’anglo-américain. Et je le déplore. Oui, hélas, le Québec aussi a ses collabos: Montréal est convertie (à 80, 90 %?) au canadian-coast-to-coast-to-coast, etc, zone occupée où le français n’est pas plus important que le turc, le portugais ou le chinois. Et où il n’est, paraît-il, pas insultant de se faire saluer par un «Hi-bonjour» bon-enfant, plein de sous-entendus: «On ne vous a pas eus par les armes, ni par les lois, mais on vous tient par le ventre et par la poche, gang de frogs!… Par le sourire de circonstance de nos marchands de soupe et autres attrape-nigauds…»
À plus ++

Aimé Lagarde

3 commentaires

  1. 60 % d’anglophones et 40 % de francophones à Montréal ??? Mais d’où tiens-tu ces statistiques hyper erronées et trompeuses, Mike ?

  2. Statistiquement, le français progresse à Montréal, les Kabyles (entre autres) et leurs descendants remplaçant, et au delà, les enfants que les Québécois n’ont pas eu. Voir : https://www.yvesmontenay.fr/2019/06/23/la-situation-du-francais-a-montreal-en-2019/

    Par contre les jeunes (comme en France) trouvent l’anglais « naturel » et l’utlisent davantage

  3. … Montréal convertie à 80, 90%… j’ignore ou vous trouvez vos informations, mais elle sont fausses. Lorsque nous parlons du français qui régresse à Montréal, on parle de proportion qui ressemble plus à 60% d’anglophones, versus 40% de francophones… et la je ne parle même pas du fait que l’ouest de l’île de Montréal est anglophone depuis toujours…

Les commentaires sont fermés pour cet article.