Elections 2019: Pour qui voter en Flandre?

« Avec 5% des voix, les 310.000 francophones qui vivent en Flandre peuvent influencer significativement les résultats des élections fédérales, régionales et européennes du 26 mai prochain », peut-on lire dans le dernier numéro de « Nouvelles de Flandre« .

A Edgar Fonck, directeur de l’Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF), de poursuivre: « pour cela, les électeurs francophones du nord du pays doivent être correctement informés. C’est ce qui a conduit l’APFF à interroger les présidents des partis politiques.

Nous leur avons posé une série de questions (1) sur les sujets qui intéressent tout particulièrement la minorité francophone en Flandre. En voici les thèmes :

1. La ratification de la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales;
2. La désignation de l’organe compétent chargé de lutter contre les discriminations linguistiques;
3. La ratification du Protocole 12 qui interdit toute forme de discrimination et ce compris les discriminations linguistiques;
4. La création d’un Institut national des droits de l’homme (INDH);
5. La non-nomination des quatre bourgmestres francophones de la périphérie;
6. La diffusion des messages et des consignes de sécurité en quatre langues (français, néerlandais, allemand et anglais).

Tous les partis francophones sont favorables à la ratification de la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales et du Protocole 12, ainsi qu’à la création d’un INDH et à la désignation d’un organe compétent charger de lutter contre les discriminations linguistiques. Ils condamnent tous la non-nomination des bourgmestres francophones de la périphérie et sont favorables aux messages et consignes de sécurité quadrilingues.

Notons que le MR met en avant le rôle de l’INDH dans la lutte contre les discriminations linguistiques. Ce qui est selon nous une duperie car le futur INDH, tel que décrit dans la proposition de loi, ne traitera pas les plaintes individuelles. Nous n’accorderons donc pas notre suffrage au MR pour cette raison. DEFI est le parti le plus revendicatif quant à l’ensemble des critères.

Trois partis flamands (CD&V, N-VA et VLAAMS BELANG), les plus pointus au niveau commu-nautaire, ne nous ont pas répondu. Par contre on observe de belles avancées chez GROEN, à l’OPEN VLD, au PVDA (PTB) et au SPA. Nous écarterons l’OPEN VLD qui ne considère pas les francophones de Flandre comme une minorité au sens de la Convention-cadre. GROEN est de loin le parti flamand le plus ouvert sur l’ensemble des points.

Les francophones qui en auront la possibilité voteront massivement pour la liste UF (Union des francophones) aux régionales, ceci afin de conserver un siège francophone au parlement flamand et essayer d’en obtenir un deuxième ».

(1) Retrouvez le texte intégral des questions et des réponses sur notre site internet

Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF asbl)
Secrétariat: Spreeuwenlaan 12, B-8420 De Haan, Belgique
Téléphone: +32(0)59.23.77.01
Télécopie: +32(0)59.23.77.02
Portable: +32(0)479.35.50.54
Courriel: apff@francophonie.be
Site: http://www.francophonie.be/ndf

1 commentaire

  1. Que vient faire l’anglais en Belgique ?!?

Les commentaires sont fermés pour cet article.