Bibliothèque de Québec : Travail à la va-vite. Et in English de préférence

Réseau des Bibliothèques de la ville de Québec

courrier@bibliothequedequebec.qc.ca

Entrée en la matière : Monsieur la souris [enregistrement vidéo (Blu-ray + DVD)]

Un film de 1942 présenté comme un film de 2018.

Les erreurs et les errances se multiplient…

PS : Et une fois encore, en portail même de la Bibliothèque de Québec, voir Metallica, de l’English Product offert en priorité à nos enfants (c’est récurrent). Or question : est-ce la direction du RBVQ qui s’évertue à tout « anglaiser » à outrance (un solide 90% des CDs musicaux et des DVDs [films et téléséries] acquis par le réseau à la faveur des dernières années constitue des oeuvres en anglais, non doublées et/ou rarement sous-titrées). Un budget public fabuleux, donc, depuis nos taxes et nos impôts, pour décerveler culturellement les citoyens de la Capitale, pendant que les productions françaises font figure d’enfants pauvres. Merci, en dernier ressort, monsieur le maire Labeaume !), ou bien sont-ce les employé(e)s de l’Organisation qui, déculturé(e)s jusqu’au cortex, estiment tout à fait naturel de prioriser l’anglais sur le français ? Y compris auprès des enfants (voir notamment les étalages bien en vue, dans les différentes succursales du réseau, de bandes dessinées et de livres pour enfants… dans la langue de Donald Trump. Ne fût-ce que par les titres). Quoi qu’il en soit, le résultat est le même : des fonds publics québécois consacrés à l’anglicisation massive (de masse), et tous azimuts, des citoyens du pays de Félix Leclerc. Faudra-t-il donc, à la fin, réitérer Octobre 70 ???

Jean-Luc Gouin
Québec, 9 juillet 2019