AUX DÉCIDEURS DE L’UQO

Le conseil d’administration de l’UQO bénéficierait d’un précieux éclairage
s’il se penchait sur le mémoire d’Impératif français traitant de la politique
linguistique de cette université.

C’est un lieu commun de répéter que l’anglais exerce une dangereuse
attraction sur la langue française au Québec, et tout particulièrement dans la
ville de Gatineau.

Je ne peux que souscrire à l’étude, que j’ai lue presque en entier, que
présente Impératif français. Aussi longtemps que la ville de Gatineau veut faire
partie du Québec, toutes les personnes responsables de cette région doivent
conjuguer leurs efforts pour tenir bien haut le flambeau de la langue française.

La menace est trop forte et trop présente pour que les décideurs se relâchent
dans leur surveillance; l’ennemi est toujours aux aguets. Il en va du sort de
cette belle région et par suite du sort de tout le Québec à plus ou moins longue
échéance.

Aurèle Brûlé, Sherbrooke
a.brulai@videotron.ca

(Le 17 février 2007)

Participez à la discussion en laissant un commentaire...