RADIO-CANADA PRIVÉE DE GRANDEUR

Télé-Québec privée de tout

Objet : Site de nouvelles de Radio-Canada (

http://www.radio-canada.com/nouvelles/
)

Att. :
nouvelles-internet@radio-canada.ca
  et
auditoire@radio-canada.ca

Depuis le départ des Jean Chrétien, des Jean Pelletier, des Alfonso Gagliano,
des André Ouellet et autres Charles Guité de l’univers politique (et
para-politique), voire Carole Taylor du C.A. de la SRC dans les dernières heures
(qui n’a d’ailleurs jamais démontré le moindre intérêt, ni pour le Québec ni
pour la langue française), je m’attendais à retrouver une Société Radio-Canada
plus crédible et sacrifiant moins à la propagande de la «Canadian Unity».

Or je constate qu’il n’en est rien.

Sur le site des nouvelles de la SRC, rien de nouveau en effet : nous sommes
tous des «Canadiens». Ou sinon… des Torontois, des Albertains ou, à la
rigueur, des Montréalais ou des Mauriciens. Mais le tabou demeure: au Québec, il
n’y a pas, il n’y a jamais eu et, vraisemblablement, il n’y aura jamais de
«Québécois».

Messieurs / dames de Radio-Canada, avec une chaîne télévision qui s’apparente
désormais à TQS et à TVA (commercialité, variétés, étatsunianités jusqu’à plus
soif, pub et pub encore), et des antennes radio décidément insignifiantes où la
musique d’ambiance (Salut Orwell!) a pris le pas sur la culture et les débats
d’idées (on n’a jamais été aussi loin de «France-Culture», par exemple,* qui
n’est pourtant pas sans défauts mais que je préfère et de loin écouter via la
Toile, désormais, en lieu et place de Radio-Canada), eh bien je ne vois plus
rien qui me retienne chez vous.

Les Robert Rabinovitch, les Sylvain Lafrance et les Daniel Gourd m’ont
progressivement mis à la porte depuis une dizaine d’années. Au reste, est-ce un
hasard si le parti libéral du Canada (PLC) – Jean Chrétien en tête, épaulé d’un
numéro deux détenant les goussets jusqu’à ce qu’il ait, en décembre 2003,
remplacé bel et bien le premier – tient les rênes de cette caricature de pays
depuis 1993 (car il semble se «définir» d’abord et avant tout, ce pays-là, dans
sa capacité d’asphyxie de la différence québécoise en son sein)? Hasard ou
explication? Je m’interroge…

Certes (revenons à Radio-Canada après avoir refermé cette incise politique),
il restait ce site cybernéen. Mais à force de me voir nié dans mon identité
nationale jusque dans ces pages-là, je ne parviens plus à trouver un seul motif
pour conserver ma fidélité à cette autre caricature – de professionnalisme,
celle-là. Depuis quand en effet, sauf pathologie clinique, conserve-t-on
fidélité a qui nous a largué comme une vieille chaussette?

Pardonnez mon langage cru, mais le mépris que m’inspire maintenant la Société
Radio-Canada est à la mesure de l’affection et de l’amitié que je lui ai portées
pendant plus de vingt ans.

Jean Chrétien et ses amis auront vraiment tout souillé sur leur passage des
années, voire des décennies durant (on rappellera que celui-ci et André Ouellet,
par exemple, font partie du paysage du «Federal Government» depuis les années
Soixante!).

Et dire, après l’avoir étranglée financièrement, voire idéologiquement (afin
de préparer l’opinion publique…?), on songe simultanément (chez notre génial
gouvernement, à l’Assemblée nationale) à rendre Télé-Québec eunuque et
quadraplégique – «privée» de tout, quoi. L’intelligence, le sens collectif,
l’oxygène culturel – en un mot: le simple «sentiment de soi» – semblent des
denrées totalement évaporées de notre univers mental.

Que nous faut-il donc à la fin pour nous rebrancher à ce fond d’humanité qui
s’appelle la Dignité citoyenne? Des vieillards qui sortent dans la rue avec les
303 rouillées de l’oncle qui a fait la Guerre des Boers ???

Nicolas St-Gilles,
Mercuriale@moncanoe.com 
Région de la capitale nationale, 15 mars 2005

*

http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture/emissions/accueil/?theme=70


cc : Mme Liza Frulla (
frulla.l@parl.gc.ca
), ministre de Patrimoine Canada et responsable de la
SRC.

Participez à la discussion en laissant un commentaire...