PRIX CITRON ET COCO

PRIX CITRON 2010

Volet international
Les Jeux olympiques 2010 de Vancouver et le Comité organisateur, le COVAN, le Comité international olympique (CIO) et le Gouvernement du Canada pour la banalisation et l’infériorisation qu’ils ont infligées au français, langue officielle des Jeux et du Canada, et, ainsi, pour leur insulte à toute la Francophonie et à l’histoire des Jeux.

Volet fédéral
La Cour Suprême du Canada, institution fédérale partisane qui, par son jugement-démolition a invalidé la Loi 104, loi adoptée à l’unanimité en 2002 par l’Assemblée nationale du Québec pour colmater une brèche dans la Charte qu’utilisaient de « riches parents » pour contourner leur obligation d’inscrire leur enfant à l’école française.

Volet québécois
Le gouvernement du Québec qui refuse de rendre obligatoire la fréquentation du cégep de langue française aux francophones et aux immigrants, et le président du Conseil supérieur de la langue française (CSLF), M. Conrad Ouellon, qui appuie cette inaction gouvernementale irresponsable.

Volet régional
L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) qui, par ses pratiques suprémacistes anglophones, présente le Canada comme un pays anglophone aux Canadiens, aux touristes et aux immigrants. En effet, dans les nombreux aéroports du Canada, l’accueil et le service en français sont difficiles, voire impossibles à obtenir, même dans ceux de Montréal et d’Ottawa, la capitale du Canada!

Prix coco 2010

Volet québécois
L’entreprise Sleep Country of Canada / Dormez-vous? qui, en refusant de donner à ses deux établissements de Gatineau le nom français « Dormez-vous? », comme elle l’a fait pour ses autres magasins au Québec, pratique une ségrégation linguistique, fragilise l’appartenance québécoise de l’Outaouais et annexe à sa façon l’Outaouais à l’Ontario.

Volet municipal
La Ville de Gatineau qui n’a toujours pas changé le nom de la rue Amherst, inventeur de la Première Guerre bactériologique et criminel animé par un idéal de génocide contre les Indiens qu’il qualifiait de « peuple exécrable ». Ce prix est, par la même occasion, décerné à toutes les autres Villes du Québec qui font de même!

Source :

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
www.imperatif-francais.org