L’OUTAOUAIS EN FÊTE

Un article de Paul Gaboury extrait du journal Le Droit du 22 mai 2010

Selon le président d’honneur Benoît Pelletier, L’Outaouais en fête se veut « rassembleur »

Une fête au-delà de l’allégeance politique

L’ex-ministre libéral Benoît Pelletier a accepté la présidence d’honneur du Festival de la francophonie L’Outaouais en fête pour démontrer notamment que la Fête nationale du 24 juin est la fête de tous les Québécois, peu importe leur allégeance politique. Mais aussi pour appuyer un événement auquel participent des artistes de la francophonie canadienne, tant québécois que des provinces et territoires.

Joint à Washington, hier, l’ancien député de Chapleau à l’Assemblée nationale a voulu se porter à la défense de L’Outaouais en fête, au moment où Jean-Paul Perreault, le président du mouvement Impératif français qui chapeaute l’événement, dénonce la décision de Patrimoine canadien de refuser pour une troisième fois une aide financière.

Se disant mal à l’aise de commenter pour l’instant cette controverse sur le financement de l’événement, puisqu’il se trouvait à Washington pour la semaine, M. Pelletier a toutefois tenu à souligner pourquoi il avait accepté la présidence d’honneur de l’événement cette année.

« Le comité organisateur du Festival de la francophonie L’Outaouais en fête témoigne de sa volonté d’organiser une fête qui dépasse l’allégeance politique pour en faire une fête rassembleuse », a souligné l’ancien ministre dans le cabinet Charest, rappelant qu’il s’agit d’un événement populaire qui connaît du succès année après année.

Et il tenait à y être.

« C’est une réussite cette fête-là. Les gens aiment et embarquent. Je souscris à l’événement tout en étant un libéral. J’ai souvent dit que la question de l’identité n’est pas le monopole du Parti québécois. Le Parti libéral doit aussi embarquer » a souligné M. Pelletier.

« Les Québécois doivent se diriger vers une plus grande coalition, ils doivent se serrer les coudes pour bâtir le Québec de demain au-delà des débats partisans. On a besoin de travailler ensemble dans la même direction. Cela ne peut se faire si on suit les lignes politiques traditionnelles. Il faut trouver des objectifs communs. Et la Fête nationale est une occasion » croit-il.

Puis, il a souligné les efforts déployés pour présenter des artistes de la francophonie, venant du Québec, et des provinces canadiennes et territoires.

« Dans le fond, on est en présence d’une fête qui souligne l’identité québécoise et qui offre une plus grande place à la francophonie canadienne, avec la collaboration du Centre de la francophonie des Amériques. C’est une fête tout à fait opportune » estime le président d’honneur du Festival de la francophonie L’Outaouais en fête.

L’événement se tiendra du 23 au 27 juin, au parc des Cèdres du secteur Aylmer à Gatineau.

Adresses utiles :

James Moore
Ministre du Patrimoine canadien
Ministre des langues officielles
Moore.J@parl.gc.ca

Lawrence Cannon
Député de Pontiac en Outaouais
Ministre des Affaires étrangères
Ministre d’État (Commission de la capitale fédérale)
Cannon.L@parl.gc.ca