Un nom à coucher dehors

Guy G. Loubier

Guide anglais-français de la traduction

René Meertens, l’auteur de cet ouvrage, compte plus de 25 ans dans le domaine de la traduction. Au cours de sa carrière, il a été au service de la Commission européenne, de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Organisation des Nations Unies. Le Guide traite des mots et expressions utilisés dans les textes qui sont le lot quotidien des traducteurs professionnels. Les mots recensés couvrent diverses disciplines, notamment l’économie, les finances, le droit, la politique, l’informatique¸etc. Pour l’avoir utilisé fréquemment, je puis vous le recommander sans réserve. Vous y trouverez nombre d’acceptions et d’exemples qui ne figurent pas dans les dictionnaires usuels, et ce Guide pourra sûrement vous dépanner à maintes occasions. Pour vous en convaincre, le Guide offre gratuitement ses 15 premières pages de façon à vous permettre de le comparer à vos autres dictionnaires. Après l’avoir essayé, vous ne pourrez plus vous en passer. http://www.renemeertens.eu/

Petit glossaire de la grippe aviaire

à défaut d’être entièrement sur nos gardes, nous pouvons nous tourner vers l’Office québécois de la langue française qui a concocté un petit glossaire pour nous familiariser avec le vocabulaire de cette redoutable pandémie. Chaque terme est expliqué clairement

Passant à une toute autre mode, l’Office nous sert un menu des eaux embouteillées. On pourra y apprendre notamment ce qu’est l’eau plate, l’eau désionisée, ou encore ce que signifie l’osmose inversée. http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/dictionnaires/terminologie_eau/lex_eau.html

Calques

Item – On lit encore parfois item à l’ordre du jour. Il faut dire point à l’ordre du jour. Au magasin, on achète des articles, pas des items.

Application pour un emploi – Cet emploi est fautif; il faut dire, solliciter, postuler un emploi, faire une demande d’emploi.

Attachement – Rendre attachment par fichier joint.

Breuvage – Boisson est le mot à utiliser quand on veut traduire beverage.

Contractor – Le terme contracteur est à bannir, il faut le remplacer par entrepreneur.

Estimate – le mot estimé n’existe tout simplement pas dans ce sens. Il faut dire et écrire estimation.

Extension – En téléphonie, il faut employer poste et non pas extension qui est un mot anglais, dans ce sens.

Origine d’expressions populaires
On entend ou lit souvent des expressions populaires dont l’origine nous est totalement inconnue. Ainsi en est-il de pot de vin qu’au Moyen âge, on ne versait qu’en liquide. à cette époque, on offrait des cruches de bon vin aux personnes dont on voulait s’assurer la complicité.

à la queu leu leu – De nos jours, cette expression signifie « l’un derrière l’autre ». Au Moyen âge, les loups étaient très nombreux, et se déplaçaient en bandes, souvent l’un derrière l’autre.

Avoir un nom à coucher dehors – Au Moyen âge, les personnes étaient jugées et classées selon leur nom. Ainsi, ceux qui avaient des noms de famille nobles avaient accès à des chambres dans l’auberge, alors que d’autres se voyaient refuser l’entrée. On pouvait donc selon son nom, refuser une personne, d’où l’expression « avoir un nom à coucher dehors ».

Avoir voix au chapitre – Cette expression signifie être consulté, avoir le droit d’exprimer une opinion. Le chapitre est l’assemblée des moines ou des chanoines lorsqu’ils se réunissent pour discuter de leurs affaires. Les moinillons, les serviteurs n’avaient pas le droit de parler, donc pas voix au chapitre.

(Le 10 mai 2006)