Projet Couleurs de vents

Projet

Couleurs de vents

Louise BoulayMon projet pictural porte sur le vent et s’intitule: Couleurs de vents.  Vents d’ici, vents d’ailleurs, vents chauds, vents froids, vents de mers et d’océans, vents de plaines et de montagnes… Noms de vents qui font rêver, voyager, qui inspirent et font peur, vents du cœur, vents de l’âme.  Mais comment donner couleurs et formes aux vents?  La question se pose car nous voyons les effets du vent, mais il demeure invisible.

Voilà pourquoi, j’ai invité vingt-six auteures, auteurs, poètes et conteurs de l’Outaouais à m’offrir une phrase inédite ou un extrait de texte de chanson, de conte, de poème sur le thème du vent.

Il est question de vingt-six toiles de soixante-et-un centimètres par soixante-et-un centimètres sur lesquelles j’inscrirai les phrases recueillies ainsi que le nom de leur signataire, sources de mon inspiration.  L’abstraction et le figuratif seront mon écriture picturale tout au long de cette production.

Couleurs de ventsPour débuter mes recherches préliminaires sur la couleur, j’ai dessiné des croquis au pastel sur des cartons.  En un deuxième temps, en utilisant chaque phrase et chaque croquis, ils guident mon travail pour trouver le bon mouvement, le bon choix de textures et de couleurs afin d’exprimer de façon la plus juste possible la parole de l’auteur, du poète et du conteur sur chacune des différentes toiles.

Pour ce faire, j’utilise des techniques de collage, de marouflage de toiles, de différents papiers et de tissus, de transferts d’images, choisis dans ma banque de photos disposés sur le support en bas-relief ou en aplat.

Parfois, le débordement des matériaux utilisés accentue l’évocation des effets du vent. Ainsi, le spectateur voyage à l’intérieur et à l’extérieur de la toile, tel le déplacement du vent.

Ces vingt-six toiles seraient accrochées aux murs d’un éventuel lieu d’exposition.  Treize autres toiles de 58cm par 48cm seraient suspendues dans l’espace, chacune accrochée au plafond par du fil invisible leur permettant de bouger à l’air libre ajouterait un élément ludique à l’exposition et évoquerait la trajectoire des vents.  Pour créer une ambiance propice au voyage dans les couleurs et les mots de vents, un montage sonore jouerait en boucle et en catimini.  Cette présence de son serait faite à partir d’enregistrements de flûtes primitives ou de voix humaines lisant les phrases écrites sur les toiles.

Louise Boulay
Gatineau