L’OUTAOUAIS

Semaine de la langue française
du 13 au 21 mars
ensemble-petit.jpg (4133 bytes)

L’OUTAOUAIS

l’Outaouais
c’est un nom que nous avons emprunté à ceux et celles qui nous
ont précédés
c’est un nom qui s’est transmis à ceux et celles qui se sont
côtoyés
et c’est un nom que nous redonnons à ceux et celles qui vont nous suivre

l’Outaouais
c’est une région qui ressemble à un pays
et c’est un pays qui ressemble à deux rivières
d’ouest en est
coulent les eaux de la Kitchissipi
comme le disaient tout d’abord les Algonquins
d’ouest en est
coulent les eaux de la Grande Rivière
comme à son tour l’avait traduit Champlain
et du nord au sud
coulent la si longue et la si belle Gatineau
celle qu’on appelait autrefois la Tenagatin
c’est-à-dire celle dont le courant monte sans fin

elle vient mourir dans les eaux de la rivière des Outaouais
car c’est ainsi, après un troisième baptême,
qu’on nomme aujourd’hui celle qui s’en va pour toujours dormir
dans le lac des Deux-Montagnes

l’Outaouais ce n’est pas le coeur du Québec
mais le coeur du Québec est alimenté
par ces deux grandes aortes qui se sont fondues pour n’en faire
qu’une

l’Outaouais
c’est là où le courant éclate
c’est là où les eaux tourbillonnent
mais l’Outaouais
c’est aussi l’éclat des forêts de bois dur et des étendues de
bois tendre
l’Outaouais
c’est le billot qui descend la rivière
et qui deviendra bateau
et qui deviendra maison
et qui deviendra livre

l’Outaouais
c’est un morceau de bois qu’un enfant prend dans sa main
quand il tourne la page du conte merveilleux qui l’invite à
monter dans un vaisseau qui le conduira jusqu’au bout du monde

l’Outaouais
c’est une région qui vient se cogner le nez sur une frontière
l’Outaouais
c’est un territoire placé à la fin d’un pays
c’est une géographie installée au commencement d’une autre
et pour cette raison
et pour ces deux raisons
elle porte en elle
comme la longue contradiction d’un peuple à qui on demande
depuis longtemps de choisir

l’Outaouais
c’est de l’eau et du bois
c’est des lacs, des forêts et des rivières
c’est de l’éclat
c’est de l’éclair
et c’est du tourbillon
c’est la nostalgie et la douceur de ceux et de celles qui y sont
passés
et c’est le tourment
et c’est l’espoir de ceux et de celles qui y passent

l’Outaouais
c’est cet enfant du Québec qu’on a toujours assis derrière la
classe
en lui disant de rester bien tranquille
mais
timide et têtu
il n’a pas encore renoncé à quitter la classe
il porte en lui les peurs de celui et de celle qu’on n’a pas
toujours respecté
il garde en lui la force de celui et de celle qui relève les yeux
et qui ne veut pas abdiquer

l’Outaouais
c’est une région qu’on a reléguée au fin fond du Québec
mais l’Outaouais est encore un enfant du Québec
et elle ressemble toujours à ce pays qui se cherche et qui veut
vivre

car
de plus près et de plus loin que nous sommes
tous et toutes
tant que nous sommes
nous sommes d’abord de cette terre qui nous a légué une langue
de ce morceau de continent qui nous donne la vie

Jacques Michaud
écrivain
juin 1992