ELLE SÉDUIT ET ELLE PASSIONNE

Semaine de la langue française
du 13 au 21 mars
ensemble-petit.jpg (4133 bytes)

ELLE SéDUIT ET ELLE PASSIONNE

Micheline Gagnon
Libre-penseur
Gatineau (Québec)

Elle vit depuis des siècles. Elle est grande et belle. Elle dit tout. Elle précise,
image, nuance, raconte, colore, embellit, ou détruit. Elle enchante ou désespère. Elle
rit et elle pleure. Elle ennoblit ou humilie. Elle habite le petit dès ses premiers mots
et reconduit le vieillard au tombeau. Elle chemine avec nous tout au long des nos jours,
dans le bonheur et l’allégresse ou le malheur et la détresse. Elle jubile, chante,
plaint et panse. Elle console et elle berce. Elle excuse, plie et se replie. Elle possède
les mots du matin, du midi et du soir. Elle veille la nuit, loge dans les rêves et se
cache parfois dans les sombres souterrains de l’inconscience. Elle soupire, espère et
croit. Elle porte, transporte et déporte. Elle soulage la douleur, apaise la fièvre, et
guérit. Elle témoigne, justifie, plaide et parfois gagne. Elle exprime la profondeur de
l’âme, la beauté du coeur et les gestes du corps.

Elle n’a pas de couleur et n’a pas de frontière. Elle peut-être noire ou blanche ou
rouge, qu’importe, elle se coiffe de différents accents charmants et colorés. Elle
affectionne et elle aime. Elle projette et transforme. Elle s’impose et éclaire. Elle
écrit et elle crie sa tendresse. Elle accompagne, regarde et voit. Elle tremble et se
tait. Elle effraie et elle chasse. Elle profite et donne. Elle nourrit et affame. Elle
murmure et ravale. Elle surgit de la douleur et souffre. Elle est vertueuse et scandalise.
Elle dérange et arrange. Elle allume et éteint. Elle flotte, hésite et jongle. Elle
peint et crée. Elle fait avancer le monde et le fait reculer parfois. Elle se promène,
erre dans les taudis de la terre, dans la boue, dans la fange. Elle se tapit dans les
maisons des pauvres, se pavane dans les châteaux des riches, se terre dans les repaires
des miséreux. Elle pérore sur un mort trouvé gelé, sur un enfant battu, sur des femmes
bafouées. Elle abuse et est abusée. Elle politise, suppose, masque et nie. Elle juge et
châtie. Elle écoute, excuse et pardonne. Elle écorche, blesse et répare. Elle jure et
elle étouffe dans la bouche des sans-abris.

Elle est bien vivante, forte et vivra pour des siècles encore. C’est la langue
française…