Parlez-nous français en tout temps!

« Beaucoup de non-francophones sont exposés à la même « preuve de gentillesse ». Et cela est fort décourageant. »

La lettre ci-dessous de M. Lakinsky est d’une grande importance puisqu’elle soulève un problème de comportement qui n’incite pas les allophones à utiliser le français dans l’espace public. Trop de Québécois de toutes origines en entendant leur accent passent à l’anglais! Pour ceux et celles qui auraient cette fâcheuse habitude, nous leur demandons de la modifier par souci de rapprochement et de cohésion sociale, mais aussi pour aider les allophones à mieux vivre et à travailler en français au Québec.

Parlez-nous français en tout temps!

Impératif français consacre des efforts importants à la protection du français. Permettez-moi, cependant, de mentionner un phénomène déplorable auquel il faudrait peut-être s’attaquer davantage.

Immigrant allophone, je vis au Québec depuis bientôt 18 ans. Dès mon arrivée, j’ai choisi le français. Aujourd’hui, je le maîtrise mieux que l’anglais. Et pourtant, souvent m’arrive-t-il qu’en entendant mon accent « étranger » des interlocuteurs francophones passent à l’anglais. Et cela, sans m’accorder le bénéfice du doute.

Non seulement c’est contre-productif (mon anglais est pire que mon français, ce qui est leur cas également), mais surtout c’est insultant. C’est comme si l’on me signifiait que je suis un étranger incapable de parler la langue du Québec. Le pire, c’est que les gens qui agissent ainsi ne comprennent pas que leur comportement puisse insulter l’interlocuteur.

Malheureusement, je ne suis pas le seul. Beaucoup de non-francophones sont exposés à la même « preuve de gentillesse ». Et cela est fort décourageant.

Il faut beaucoup de courage et de persévérance pour résister à un tel comportement, et ce n’est pas tout le monde qui les a. Ayant reçu quelques claques linguistiques, beaucoup de non-francophones abandonnent leurs tentatives de communiquer en français (surtout que « tout le monde comprend l’anglais anyway »). On reproche aux anglophones et aux allophones de ne pas vouloir apprendre le français. Mais même ceux d’entre eux qui veulent pratiquer la langue de Molière doivent faire face à une résistance : tu parles en français « langue seconde » dans une succursale bancaire ou dans un petit resto du Vieux-Hull et le personnel te répond en anglais!

Il nous faut, peut-être, une vaste campagne de sensibilisation qui encouragerait les francophones à utiliser leur langue même lorsqu’un interlocuteur la parle avec un accent ou avec des erreurs.

En tant que citoyen du Québec, j’espère que votre organisation pourrait un jour se pencher sur ce problème.

Eugène Lakinsky, Gatineau

5 commentaires

  1. Les Montrealais francophones ont cette facheuse habitude et ce n’est pas uniquement relié à l’accent mais aussi par la couleur de la peau. Est ce de la gentillesse ou cela reflète t’il une attitude de colonisé.

  2. La langue Anglaise n’est pas une maladie, elle est un des deux langues officielles de notre pays, le Canada.

  3. C’est simplement un réflexe de colonisé (ou colon usé, à votre choix).
    Nous venons de loin et il y a encore beaucoup, beaucoup de chemin à
    parcourir avant que nous soyons un peuple pleinement assumé !

  4. La même chose m’arrive aussi quand les gens entendent mon accent anglais, même si j’ai fait une longue carrière conne secrétaire bilingue et traductrice. Pourquoi les gens pensent que je suis incapable de m’exprimer en français?

  5. Tellement vrai… Mon épouse est roumaine, habite au Québec depuis 1992. Son français est excellent, son accent, charmant! Son anglais est très bien aussi, mais elle est plus à l’Aise en français. Mais partout, elle se fait répondre en anglais par des francophones. Par ce comportement, les francophones nuisent énormément au français.

Les commentaires sont fermés pour cet article.