L’OQLF et l’art de manipuler l’opinion publique

Quarante ans plus tard! L’OQLF voit comme une réussite qu’il y ait encore à Montréal un commerce sur quatre, soit 22 % de ceux-ci, qui ne respecte toujours pas les dispositions sur l’affichage de la Charte de la langue française quarante ans après son adoption!

Quelques mots de français rendent un affichage conforme! Il faut surtout savoir que le taux de conformité a été évalué pour le compte de l’OQLF en fonction des dispositions réglementaires actuellement en vigueur, qui ont été, depuis l’adoption de la Charte, moult fois affaiblies. Et encore tout récemment, au point où aujourd’hui conformité ne veut plus rien dire puisque l’on exige seulement une « présence suffisante » du français sur une façade!

C’est bien connu dans le domaine de la manipulation politicienne que si vous voulez présenter une embellie, il suffit de réduire les exigences et/ou de « bien choisir » l’organisme qui réalise la recherche et écrit le rapport, ici l’OQLF lui-même!

Et malgré tous ces louvoiements et trafics de comparables incomparables, il y a toujours près d’un commerce sur quatre qui n’est pas conforme! Il ne s’agit pas comme l’affirme l’OQLF « d’une augmentation du taux de conformité de l’affichage public sur l’île de Montréal », mais d’un recul prononcé de l’importance, du prestige et de l’image de Montréal comme ville québécoise internationale de langue française. L’anglais s’infiltre partout

Tout le monde sait que Montréal s’anglicise sauf l’organisme qui a pour mission la francisation du Québec!

Pour en savoir plus :

– Article du Devoir : De nouvelles règles embellissent le portrait de l’affichage en français à Montréal

– L’Étude de l’OQLF réalisée pour le compte de l’OQLF peut être consultée ICI

2 commentaires

  1. Tout comme dans les écoles sous le PLQ, une façon très efficace de « gonfler des résultats » est de modifier à la baisse les exigences ou les critères d’évaluation. C’est aussi ce qui s’est passé dans cette étude « partisane » d’auto-évaluation par l’OQLF lui-même…
    La défense « molassonne » de notre langue commune québécoise sous les 15 ans du gouvernement libéral ne mérite même pas la note de passage… On s’en reparlera aux élections d’octobre 2018…

  2. Bienvenue au vrai monde.

Les commentaires sont fermés pour cet article.