Les accommodements raisonnables dans l’espace public

S’agit-il d’impolitesse, d’intolérance, d’apartheid ou…?

Bien que le français soit la langue nationale du Québec;
bien que cette langue soit au Québec celle que tous et toutes doivent parler, sinon apprendre;
bien que des cours de français, il s’en donne
bien que cette langue soit la langue commune d’usage public;
bien que cette langue soit la langue commune de la diversité;
bien qu’elle soit la langue de travail et celle qui ouvre les portes du marché du travail;
bien qu’elle soit la langue de l’intégration sociale et culturelle;
bien qu’elle soit la langue du rapprochement;
bien qu’elle soit la langue de la cohésion sociale,

il y a encore plein de gens qui fréquemment, dans l’espace public, au travail et dans les commerces, imposent l’anglais ou refusent de parler français et même de l’apprendre!

Pourquoi, selon vous, refusent-ils de s’accommoder raisonnablement, de vivre en harmonie et de participer au projet de développer une société différente en Amérique du Nord, qui ajoute à la diversité et à la démocratie culturelles mondiales?

7 commentaires

  1. il est tre dificile d’apprende une langue, cela la raison. Ma premiere langue est l’espagnol. Je suis arrive a Canada et j’ai appris l’anglais. Maintenant, j’apprends le francais, comme vous pourriez remarquer en lir mon ecriture. mais, il est incroayablement difficile d’apprendre une nouvelle langue. Essayez vous et vous le comprendrez.
    vous avez votre histoire, et, par tout ce que j’ai lus ici je comprende le but du imperatif francais et votre passion, mais pas tout le monde vien du meme context.

  2. Debarassons nous de la charte et liberté pour recréer notre modèle de respect et d integrations a nos valeurs historique et à notre langue Française

  3. Bonjour, les Anglos d’origine ne se sentent pas Québécois, ils sont Canadiens leur langue est l’anglais celle de la majorité et des vainqueurs historique de ce territoire. Les immigrants arrivent au Canada où la langue la plus parlée est l’anglais qu’ils connaissent souvent un peu deja. Le Québec a au fil des ans coupé dans les formations en français aux immigrants ce qui a contribué au retrait actuel. Les Québécois revendiquent le français avec vigueur et souvent de manière négative ce qui n’aide pas non plus à le faire aimer. Tant que le Québec ne sera pas souverain,le français restera une langue secondaire. Tant que l’histoire du Québec ne sera pas connue des nouveaux arrivants nous aurons l’air d’une gang de fatiguants qui se plaignent pour rien.

  4. La plupart des immigrants parleront la langue apprise lorsque leur pays était colonisé . Il y a par exemple beaucoup d’africains et d’haitiens qui parlent français. Les immigrants seront porté à choisir l’anglais qui est considéré la langue du Canada et la langue internationale. Le problème c’est que nos gouvernements traitent ces arrivants comme des invités qui nous font la faveur de leur présence . Dans les faits ont leur sauve la vie et leur permet de se faire une nouvelles vie! Les immigrants ont tendance â se regrouper en même nationalité, de fait vivant selon leur langue et culture. À leur arrivée, leur installation devrait s’éparpiller dans les régions loin de Montréal. Haute Laurentide , Gaspésie , Canton de l’est , Chaudière-Appalache, etc. Plus de une famille pourrait s’installer dans une même région mais des villes voisines, et l’accueil serait conditionnelle à de que ces familles restent 5 ,7, ou 10 ans au même endroit. Alors les gens n’auraient pas le choix de s’intégrer !

  5. Lorsque des MIGRANTS arrivent légalement ou non ils sont accueillis par des islamistes qui leurs demandes ou leurs disent que ce N’EST pas grave de ne pas parler ou apprendre le FRANÇAIS car avec Trudeau et Couillard ce fait N’EST PAS important à leurs yeux

  6. Parce que les Québécois, eux-mêmes, n’ont aucune fierté et se comportent comme de pauvres colonisés. Et, aussi, parce que nous sommes gouvernés par des ardents adeptes du multiculturalsme et; malheureusement cela n’est pas prêt de changer!

  7. Parce que les conséquences de la conquête, puis de la guerre insidieuse et souterraine qui a cours depuis la frousse qu’on a infligée aux conquérants en 1995, se manifestent en pénétrant l’âme et l’esprit québécois de telle sorte que notre fierté à été mise à mal et même que cette fierté se transforme peu à peu en indignité. Les néo-québécois sont d’abord néo-canadiens et ressentent cette dégradation.
    Ils n’ont aucune envie de se joindre à cette société soumise, honteuse, vite portée à l’auto-flagellation et à l’auto-dérision.
    D’autant plus que l’anglais est cent fois plus utile que le français en Amérique du nord.
    Voilà pourquoi.

Les commentaires sont fermés pour cet article.