Le Québec projette internationalement, par ses délégations, l’image d’un État anglophone!

Depuis la publication du texte ci-dessous, la situation aberrante qui y est décrite aurait été « corrigée » dans la description de fonctions ci-jointe. Nous remercions tous ceux et celles qui sont intervenus pour dénoncer la vision anglomane infériorisant et banalisant la langue nationale du Québec, le français. En agissant de façon aussi irresponsable, le gouvernement du Québec, en plus d’écraser le français dans sa fonction publique et ailleurs comme langue de travail au Québec, projetait internationalement par ses délégations l’image d’un État anglophone!

Malgré la correction, il n’en demeure pas moins que la connaissance de l’anglais ne devrait pas être une exigence pour travailler au sein de la fonction publique québécoise, sauf dans certains très rares cas où elle pourrait être envisagée comme un « atout », tout au plus. Et encore là!


Le gouvernement du Québec traite sa langue nationale et publique, le français, comme n’étant même plus essentielle pour y travailler. De plus, il banalise et infériorise, ici et internationalement, la connaissance du français, langue internationale.  Pour travailler à la Délégation du Québec à Tokyo la connaissance de l’anglais est obligatoire, le français facultatif!

Pour travailler à la Délégation du Québec à Tokyo, la connaissance de l’anglais est obligatoire et le français facultatif!

La Délégation est à la recherche d’un attaché(e) en recherche, science et innovation. Pour occuper ce poste, voici les prérequis linguistiques:

Maîtrise parfaite du japonais. Excellente maîtrise de l’anglais oral et écrit. Le français est un atout.

http://www.international.gouv.qc.ca/fr/tokyo/actualites/17863

La Délégation générale du Québec à Tokyo recrute …

www.international.gouv.qc.ca

Un poste d’attaché(e) en recherche, science et innovation est à pourvoir au sein de l’équipe de la Délégation générale du Québec à Tokyo.