Le Commissariat aux langues officielles entérine la discrimination!

Des mots, des mots, rien que des mots!

Le gouvernement du Canada et sa fonction publique, ici plus précisément l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), bafouent les droits linguistiques fondamentaux reconnus dans la Loi canadienne des langues officielles. Pire, on humiliera, ridiculisera sans conséquence ceux et celles qui voudront les faire respecter…

Pour corriger la vision organisationnelle, de gestion et les pratiques de gestion du personnel et d’embauche de l’ASFC et les comportements d’agression et de discrimination qui en découlent dans les aéroports canadiens, la Commissaire aux langues officielles, Ghislaine Saikaley, après avoir pourtant confirmé la délinquance de l’ASFC , « la nature répétitive des incidents soulevés » et  reconnu le bien-fondé de la plainte en cause, impose aux fautifs, ici l’ASFC, dans son « Rapport final »  rien!

Que des mots dans un « autre » rapport « final » ci-joint !!!

Comme solution, pas d’avertissement écrit aux délinquants, pas de suspension, pas de mise à pied, pas de notes au dossier… mais des mots qui sonnent vides : « il a été déterminé que le suivi actuel de la vérification menée auprès de l’institution fédérale en 2015 (oui, elle a bien écrit depuis 2015!) serait la façon la plus efficace de voir (oui, elle a bien écrit « la plus efficace de voir»! ) comment l’institution a cherché à remédier à ces problèmes persistants. »

Marc Garneau, Ministre fédéral des Transports, marc.garneau@parl.gc.ca

Sans nul doute, il s’agit là d’une forme d’encouragement à la discrimination et à la répression à l’endroit des francophones qui encourage la répétition de « ces problèmes persistants ».   Pour le gouvernement du Canada (et la Commissaire aux langues officielles le confirme),  les droits des Canadiens francophones n’existent pas ou bien peu!

À sa façon, le Commissariat aux langues officielles encourage :

1) la diffusion internationale de l’image du Canada comme pays anglophone, ici dans ses aéroports, aux frontières et aux douanes…

2) l’exigence de la connaissance de l’anglais mur à mur pour travailler aux Services frontaliers, ne laissant qu’aux francophones que des services en français s’ils les demandent et s’ils sont disponibles; sinon!!!

3) la répression et l’humiliation des francophones qui réclament le respect de leurs droits ou du peu qu’il en reste!

Le Rapport « final » d’enquête no 2017-1234 EI de la Commissaire est accessible en cliquant ICI

À lire sur le même sujet :

Les Services frontaliers du Canada vous humilient avec l’appui du gouvernement
C’est aussi de l’image internationale du Canada dont il est question ici!
Accueilli par un douanier anglophone

*******************

De : mailto:EnquetesLO-InvestigationsOL@clo-ocol.gc.ca
Envoyé : 19 octobre 2018 08:04
À : mailto:president@imperatif-francais.org
Cc : mailto:Payman.Saadati@clo-ocol.gc.camailto:Commissaire.Commissioner@clo-ocol.gc.ca

Objet : Rapport final d’enquête no 2017-1234 EI

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint le rapport final d’enquête au sujet du dossier 2017-1234‑EI.

Le rapport final d’enquête tient compte des commentaires reçus. Les conclusions sont maintenues.

Le rapport final d’enquête a également été envoyé à l’autre partie.

Le Commissariat aux langues officielles a élaboré un court sondage dans le but de connaître le degré de satisfaction de ses clients et d’améliorer ses services. Toutes les parties concernées par une enquête sur une plainte sont invitées à remplir ce sondage à la fin de chaque processus d’enquête.

Veuillez vous assurer de répondre à toutes les questions pour que nous puissions obtenir un portrait juste de nos services. Je vous invite à profiter de l’occasion pour nous faire part de votre expérience ou pour nous suggérer des façons d’améliorer nos services. Le sondage se trouve à l’adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/enquetes-fr.

Je vous remercie de votre attention.

Ghislaine Saikaley
Commissaire adjointe
Direction générale de l’assurance de la conformité