« Je me souviens »

Hommage à Lise Payette et Gilles Pelletier

La première semaine de septembre 2018 a été marquée par le départ de deux personnalités de la scène politique et théâtrale du Québec.

Lise Payette

Lise Payette, journaliste de libre pensée, animatrice aux entrevues pointues, farouche défenderesse des droits de la femme et de la souveraineté du Québec, politicienne parfois controversée qui a contribué à une amélioration du statut de la femme québécoise et à une refonte du droit de la famille.

À titre de ministre des institutions financières dans le cabinet péquiste, elle nous a offert la SAAQ et le slogan « Je me souviens » sur les plaques d’immatriculation du Québec, qui demeure non seulement un rappel historique puissant, mais qui continue d’intriguer tous les résidents de la belle province qui ne parlent pas français.

Gilles Pelletier

Gilles Pelletier, ce capitaine-comédien fasciné par les forces du vent et de l’eau de la mer a su nous faire naviguer par ses multiples rôles symbolisant des personnages historiques du Québec et son franc-parler des riverains du Saint-Laurent.

Impératif français rend hommage à Lise Payette et à Gilles Pelletier en reconnaissant l’importance de leurs réalisations qui ont contribué à sensibiliser les Québécois à leur identité culturelle distincte et à diffuser activement cette réalité durant toute leur carrière.

Pierre Chapdelaine
Gatineau


Extrait du site de Radio-Canada

RADIO-CANADA REND HOMMAGE
À LISE PAYETTE ET GILLES PELLETIER

Jeudi 6 septembre 2018 – Deux personnalités qui ont laissé une profonde empreinte sur la culture québécoise nous ont quittés aujourd’hui. Lise Payette fut une pionnière, une animatrice hors pair de radio et de télé, une femme politique de premier plan et une auteure dont les personnages ont marqué durablement l’imagination du public. Gilles Pelletier est un comédien exceptionnel qui s’est illustré pendant plus de 60 ans, marquant aussi bien l’histoire du théâtre que de la télévision où il fut l’une des vedettes de la soirée inaugurale de la télévision de Radio-Canada en 1952. Il a joué dans plusieurs téléthéâtres marquants, dont Un simple soldat de Marcel Dubé, et dans nombre de téléromans, dont L’héritage de Victor-Lévy Beaulieu où il incarnait le patriarche Xavier Galarneau, sans contredit l’un de ses plus grands rôles à la télé.