Entrer dans le « jeu » de l’anglicisation contre un apéro!

Voici ce que nous avons reçu de l’École hôtelière de Montréal Calixa-Lavallée

« Nous aurons, le 9 mars 2018, une soirée « Merci de parler anglais avec nos élèves » .
Cette soirée a pour but d’aider nos élèves à bien servir la clientèle anglophone.
Les clients qui entreront dans le jeu, se verront offrir l’apéro. » (…)

Myan C. Lavallée
École hôtelière de Montréal Calixa-Lavallée
4500, boul. Henri-Bourassa Est
Montréal-Nord (Québec)  H1H 0A6
T: 514 955-4555, poste 16137
clva-invitation@liste.cspi.qc.ca

NDLR : à quand une invitation à une soirée, mieux à toute une formation, ayant pour mission : Comment bien recevoir et servir la diversité en français à Montréal et au Québec?

4 commentaires

  1. Dans ce cas-ci, il faut bien l’admettre, ceux qui travaillent dans l’hôtellerie auront parfois à servir des touristes. Tous les touristes ne parlent pas français. Ceci étant dit, une promotion du plurilinguisme serait à propos.

  2. Il serait sage avant de tirer des conclusions hâtives de bien comprendre le contexte. Les élèves suivent une formation en service de la restauration qui est un programme d’etude qui est un programme d’étude du ministère de l’éducation et dont une compétence de 90 heures évidemment obligatoire puisque prescritive, porte sur le service en anglais dans le milieu de la restauration. Il est inutile de rappeler que le tourisme représente une bonne proportion de la clientèle en restauration. Ainsi, le centre voulait simplement demander aux clients d’aider les élèves en formation en les apaisants pratiquer.
    Merci d’encourager nos élèves

  3. Quoi M./Mme Lavallée, vos stagiaires ne peuvent pas servir la clientèle en français? Doivent-ils encore courber l’échine devant le conquérant? Les anglophones de Montréal sont-ils assez Rhodésiens de mentalité pour ne rien comprendre en français? Pensent-ils vraiment qu’ils doivent agir en conquérant dominateur pour avoir du service dans la restauration? Et vous, devez vous leur cirer les bottes pour vous faire accepter? Vous êtes une honte à votre profession!

  4. Malheureusement , c’est le cancer de l’anglomanie qui se répand à la vitesse grande V.
    De plus , malheureusement encore, les québécois de souche sont de plus en plus colonisés-es.

Les commentaires sont fermés pour cet article.