C’est grotesque! La Ville de Gatineau et la STO vous « welcoment »!

Le 12 février 2018

Merci à la STO qui s’est engagée à corriger la situation dans les prochains jours :

« En lien avec le billet d’Impératif français du 10 février, je tiens à vous informer que cette situation sera corrigée. 47 autobus sur un parc de plus de 300 autobus sont munis d’un panneau latéral d’affichage dynamique qui, par défaut, affiche la mention Bonjour/Welcome.  Cette mention sera retirée.

Meilleures salutations. »

Responsable des affaires publiques
Société de transport de l’Outaouais


L’Assemblée nationale du Québec a voté à l’unanimité pour une motion* (voir cette motion à la fin de ce texte) qui réclame que le mot « bonjour », seul, devienne la formule d’accueil utilisée » reconnaissant ainsi que le français est la langue nationale commune que tout le monde doit connaître au Québec.

De leur côté, la Ville de Gatineau et la STO refusent de reconnaître que « Bonjour » est connu et reconnu internationalement et ultra-accueillant. Elles vous « welcoment» par des « Bonjour/Welcome »!

Pour Gatineau et la STO, le mot « Bonjour » seul est incompréhensible. C’est tellement compliqué de sentir et voir la chaleur, le charme, la couleur, l’accueil que présente le mot « Bonjour » qu’il faut le répéter avec un « Welcome »! Et cela se passe dans la 4e ville du Québec, de surcroît à côté de l’Ontario! En plus d’être grotesque, c’est une invitation affichée à ne pas apprendre le français!!

« Gatineau, ville francophone, ville québécoise », n’est-ce pas une vision inclusive d’ouverture qui nous distingue favorablement?

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français
Recherche et communications
Tél. : 819-684-8460 ou 613 282-7119
Téléc. : 819-684-5902
president@imperatif-francais.org

*Motion adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec : Inviter les commerçants du Québec à accueillir leur clientèle en français

M. Lisée M. le Président, je sollicite le consentement des membres de cette Assemblée afin de présenter, conjointement avec le premier ministre, avec la députée d’Iberville, avec le député de Gouin, le député de Gaspé et la députée de Vachon, la motion suivante, que nous avons modifiée au cours des dernières minutes pour atteindre une unanimité :

«Que l’Assemblée nationale réaffirme clairement à tous que le français est la langue officielle et commune du Québec;

«Qu’elle prenne acte que 94 % des résidents du Québec comprennent le français;

«Qu’elle rappelle que le mot « Bonjour » est un des mots de la langue française les plus connus chez les non-francophones du monde;

«Qu’elle rappelle que ce mot exprime magnifiquement la convivialité québécoise;

«Qu’en conséquence, elle invite tous les commerçants et tous les salariés qui sont en contact avec la clientèle locale et internationale de les accueillir chaleureusement avec le mot Bonjour.»

Adopté à l’unanimité
Pour :  111;  Contre :  0;  Abstentions :  0

5 commentaires

  1. Monsieur le Président.

    Ce qui me surprends de vous qui est soucieux des détails se trouvent dans les points suivants.

    Vous voulez que la chaleur d’accueil se fait avec un seul mot, “Bonjour”, qui est à la fois un mot de rencontre et de départ. Ceci me semble trop vouloir à un seul mot.

    Le mot ‘Bonjour’ pour moi, et probablement pour beaucoup de francophones, est une salutation de rencontre, peu importe le lieu, et donc pas liée uniquement au Québec. Selon le Multi, Dictionnaire de la langue française, le mot “Bonjour” est utilisé au Québec quand on rencontre une personne ou quand on la quitte. Curieusement, basé sur vos attentes du mot “Bonjour”, il n’y a aucune mention d’accueil.
    Lorsque l’on démontre à autrui un accueil chez soi, cette action se traduirait par la beauté d’une phrase simple “Soyez la bienvenue chez nous”, ou un peu grossièrement le mot “Bienvenue”. Cet accueil étant selon moi, une idée totalement différente de la salutation ‘Bonjour’.

    Lorsque vous voyagez, n’êtes-vous pas content de voir un mot d’accueil offert dans votre langue? Quand vous voyagez dans un autre pays, e.g. le Mexique, l’Alemagne, le Japon, la Russie, etc., ne vous sentez-vous pas mieux accueilli avec un mot dans votre langue au delà de un seul mot connu que sans un seul mot? Lorsque les touristes voient un mot d’acceuil qui leur est connu, ne se sentent-ils pas plus à l’aise de passer davantage de temps, et, ma foi, possiblement plus à l’aise de dépenser? L’effort à ajouter un mot clairement d’accueil, un seul mot supplémentaire, à un écriteau n’est pas trop demander.

    Les touristes, dont l’anglais qui pourrait être la deuxième langue de la paire possible dans leur trousse d’outils, ne seraient pas offerts d’accueil par le transporteur qui vous avez manipulé à supprimer le mot “Welcome” de leur écriteaux électroniques. Un Russe, un Japonais, un Américain, et j’en passé de tous qui pourraient être parmi les touristes dans la région, pourrait avoir l’anglais comme la deuxième de leur paire de langues. Ils pourraient fort possiblement ne pas se sentir à l’aise dans notre region si pas un seul mot en anglais leur est offert.

    Vous demandiez que le mot “Welcome” soit supprimé, sous la guise de la nationalité, et non de la francophonie. Par cette simple demande de suppression, vous faites plus que rayer l’anglais d’un écriteau au lieu de promouvoir le français, Vous empêcher qu’un vœu d’accueil se fasse par un orgamisme locale qui bénificierait de retombées économiques de tourisme. Vous nuiserez à l’essor du tourisme de la région. Le tourisme étant un aspect important dans la survie d’une municipalité, ce serait bien d’encourager le tourisme par la communication d’accueil.

    Si vous vous souciez de la cjoix, et peut-être aussi la survie du français, ne serait-il pas mieux de promouvoir le français en manifestant votre mécontentement face au promoteur immobilier qui veut surnommer son développement le Royalmount? Une chronique sur le projet a été difrusé à la television au réseau LCN ce matin, ainsi qu’en ligne.

    http://www.tvanouvelles.ca/2017/04/16/un-projet-immobilier-de-250-m-dans-louest-de-montreal
    http://www.tvanouvelles.ca/2015/05/20/projet-royalmount-des-commerces-un-centre-aquatique-et-un-cineparc

    Un francophile polyglotte

  2. Bravo à la STO qui corrige cette anomalie. Le bilinguisme n’est jamais une situation stable dans une société, il marque le passage entre la prédominance d’une langue et celle d’une autre.

  3. Merci à la STO qui s’est engagée à corriger la situation dans les prochains jours :
    « En lien avec le billet d’Impératif français du 10 février, je tiens à vous informer que cette situation sera corrigée. 47 autobus sur un parc de plus de 300 autobus sont munis d’un panneau latéral d’affichage dynamique qui, par défaut, affiche la mention Bonjour/Welcome. Cette mention sera retirée. Meilleures salutations. »

    Responsable des affaires publiques
    Société de transport de l’Outaouais

  4. Les autobus de la STO voyages sur les deux côtés de la rive Ontario-Quebec.
    Bravo STO pour le bilinguisme. Très fière de vous.

  5. Je vois pas le problème?

Les commentaires sont fermés pour cet article.