Un vrai zoo! L’apartheid granbyen se poursuit!

Je me suis rendu compte dernièrement lors de mon passage à Granby que cette ville avait adoptée le STOP comme affichage des arrêts à chaque coin de rues.
Je m’informe de la situation et je constate avec stupéfaction que cet anglicisme fait partie de notre langue depuis la fin des années 70.
Qu’à cela ne tienne, même si ce mot fait partie de notre chère langue, un individu, encore moins une municipalité comme Granby n’est obligée de l’adopter.
Je sais que vous êtes au courant pour avoir lu un article de journal de la ville de Granby où le Maire déclare que les STOP sont là pour y demeurer. Je ne comprends pas le laxisme des citoyens de cette ville sur ce dossier.
Que peut-on faire pour mettre de la pression sur ce dossier?.

Paul Tremblay
Drummondville

Toujours d’actualité, voici ce que nous écrivions à ce sujet  :

L’apartheid granbyen
Granby choisit et défend ses préférences partitionnistes.

24 janvier 2016

STOP Panneau 2016Lorsque le gouvernement du Québec a exigé que tous les panneaux de signalisation STOP au Québec soient remplacés par des panneaux ARRÊT, son intention était évidente. Il voulait clairement indiquer à toutes et à tous, mais surtout aux visiteurs, touristes et immigrants que le Québec est un espace avec son identité et sa langue propres en Amérique puisqu’il est français.

Toutes les municipalités du Québec ont emboîté le pas, sauf celles aux profils d’apartheid partitionniste et suprémaciste anglophone, les villes des banlieux « ultra riches » anglophones de la région de Montréal. Elles ont violemment refusé et refusent toujours de reconnaître que le Québec est français. Le mot « ARRÊT » fait trop français, trop québécois pour elles! Elles ont même eu recours à leurs petits amis d’alors du Parti Libéral du Québec pour obliger l’OQLF à reconnaître que le mot « STOP » est français rendant ainsi légal leur apartheid suprémaciste. Ce sont ces mêmes villes qui ont refusé de nommer un lieu public du nom de René Lévesque. Apartheid et partition exigent, le boulevard René-Lévesque prend dans l’Ouest de l’île le nom de « Dorchester » qui « fut le deuxième gouverneur britannique de la Province of Quebec »!

Jusque là rien de trop étonnant puisque le rejet du Québec par une frange d’extrémistes anglophones n’étonne plus! Mais là où tout le monde sera davantage surpris, c’est d’apprendre qu’une ville francophone, la Ville de Granby, ait choisi, adopté et défend toujours ces préférences partitionnistes. Le quotidien local La Voix de l’Est

le confirme : « les conseils municipaux ont toujours favorisé l’utilisation du mot stop (« mot d’origine anglaise » refusant au fil des décennies, de façon même acharnée, le mot français « ARRÊT » utilisé pourtant partout au Québec!*) Plusieurs résolutions ont été adoptées à cet effet entre 1978 et 1993, même si elles allaient parfois à l’encontre des volontés du ministère des Transports du Québec »!

Granby - Ville rayonnante

Ville délinquante!

Quelques adresses utiles :

mairie@ville.granby.qc.ca
sgiard@ville.granby.qc.ca
jeanlucnappert0907@yahoo.ca
jbourdon@ville.granby.qc.ca

Pour les adresses de tous les membres du conseil municipal : http://www.ville.granby.qc.ca/fr/ville/nav/conseil/membres.html

14 commentaires

  1. (suite) Il serait sans doute plus constructif (« Il y a d’autres combats à mener », comme cela a été dit plus haut) de dépenser votre énergie à rehausser le niveau de français des Québécois et de l’écrasante majorité des Francophones canadiens que de distiller ce genre de venin à l’envi.

    Mais bien sûr, vous trouverez toujours des oreilles bienveillantes qui se délecteront de ce genre de diatribes.

    Notre pays est bilingue et majoritairement anglophone. Nous avons deux langues officielles qui ont même statut au regard de la loi. Si vous souhaitez vraiment la survivance du français, ouvrez vos esprits, vos cœurs, mais aussi – et surtout – vos livres de grammaire et vos dictionnaires…

    • PAYS bilingue ????????? Rions un bon coup !!!!!!!!!! Il est bilingue QUE sur le torchon papier sur lequel il est inscrit !!!!!!!!!!

  2. Première chose : ARRÊT, dans cet emploi, est ce qu’il est convenu d’appeler un calque lexical. Cet usage absolu (et non idiomatique) n’est pas de la meilleure langue et il conviendrait d’écrire sur les panneaux : Arrêt obligatoire.

    Comme cela a été dit plus haut, le mot STOP est employé dans nombre de pays et il n’y a que des esprits à la culture inachevée pour y voir un impérialisme linguistique de l’anglais.

    Par « esprits à la culture inachevée », je veux dire ceux qui profèrent des stupidités comme : « On n’a pas à imiter l’Europe, ni les anglicismes populaires de nos cousins français » ou « la très américanisée France »…

    La réalité, c’est que vous accoutrez sans cesse vos revendications linguistiques et identitaires d’oripeaux idéologiques nauséabonds. Ce faisant, vous aggravez le fossé avec le reste de la population canadienne et vous vous désolidarisez complètement du reste de la Francophonie.

  3. Allez lire et cessez tous de parler pour ne rien dire: http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8366697

    • « L’inscription STOP dans un octogone rouge est une convention internationale adoptée par de nombreux pays pour marquer l’arrêt obligatoire.
      Depuis 1992 au Québec, l’arrêt obligatoire peut être signalé soit par la mention ARRÊT, soit par la mention STOP, mais il n’est plus permis d’afficher les deux inscriptions (ARRÊT STOP) sur un même panneau.
      Dans certaines provinces canadiennes (autres que le Québec) qui comptent des populations francophones, des panneaux bilingues comportant les mentions STOP et ARRÊT peuvent être utilisés. »

      -Office québécois de la langue française

  4. Penser que les étrangers ne comprendront pas un hexagone rouge marqué du mot « Arrêt » est équivalent à les traiter de dégénérés !!! Tout le monde peu importe sa langue comprendra le mot très francophone. On n’a pas à imiter l’Europe, ni les anglicismes populaires de nos cousins français.

  5. Je me souviens que le maire de Granby de l’époque avait justifié un état de sécurité ( ??????) .Il disait que les touristes comprenaient le mot STOP mais pas le mot ARRET . Pourtant , au Mexique , c’est ALTO , en Allemagne , c’est HALT .Il n’y a pas plus d’accident . Seul et MALHEUREUSEMENT , la très américanisée France a toujours ces STOP. Le Symbole INTERNATIONAL est l’hexagone rouge et au Québec , ça doit être avec le mot ARRÊT .

    • Excusez-moi, monsieur. Veuillez arrêtez votre mensonge immédiatement. Les panneaux de signalisation en Allemagne sont certainement STOP.

    • FAUX. Les panneaux STOP sont bien présents en Allemagne.

    • C’est pas si courant comme ici qu,en Allemagne mettre le panneau hexagonal pour arreter. Une chose que m’avas etonné lors de mon voyage en Espagne et Allemagne, que l’anglais est plus présent de ce que j’avais pensé. Les panneaux, effectivement disent «STOP». Mais en Suisse sur les autoroutes, les panneaux de sortie indiquent.. «AUSFAHRT», «SORTIE» ou «USCITA»… ce que j’aime du Québec ce que l’on suit la même courant que le reste d’Amérique, on utilise la langue officielle locale de la majorité… la plupart dit «ARRÊT» et c’est comme ça que devrait rester partout la province… SANS EXCEPTION, les touristes ne sont pas des citoyens et le panneau est evident. Le reste des canadiens comprendent bien qu’arrêt signifie STOP

  6. La France, depuis toujours, utilise « Stop ». L’Europe (28 pays) est en en chantier pour uniformiser les panneaux routiers avec « stop » pour tout le monde. Il ne faut pas confondre sécurité routière et protection de la langue. Je n’ai rien contre « Arrêt » à condition de mettre en sous-titre « Stop » pour que les touristes français et autres puissent comprendre. Il y a d’autres combats à mener.

    • Ce ne sont pas les touristes qui résident et vivent au Québec. Le combat pour la langue française, c’est précisément le combat contre l’uniformisation, notamment à l’anglais, que vous promouvez ici comme à Granby, de façon hypocrite et méprisante, à l’image du gouvernement d’Ottawa.

    • Ne prenez pas les touristes pour des imbéciles finis. Le panneau est rouge et hexagonal. C’est pareil partout. Ils vont comprendre même si c’est écrit  »arrêt » dessus. La preuve : c’est comme ça partout ailleurs, incluant à Drummondville et Saint-Hyacinthe, deux villes proches de Granby. De toute façon, s’ils ne sont pas foutus de comprendre un mot de français, ils pourront pas aller ailleurs que Montréal ou Gatineau, parce que tout est en français partout ailleurs.

    • Avec le Brexit, l’anglais (minuscule – les Anglais se sont boutés dehors eux-mêmes) sera bouté hors de l’Europe.
      Les States sont isolationnistes, et le ROC ne veut rien savoir du français.
      Ne reste ici que les colonisés acculturés.

Les commentaires sont fermés pour cet article.