Un suicide linguistique : le libre choix au cégep

Le Québec laissera-t-il couler encore un peu de sang de ses veines ? Ou se ressaisira-t-il avant qu’il ne soit trop tard ?

Au recensement de 2011, les anglophones comptaient pour 18 % de la population sur l’île de Montréal. D’après l’édition la plus récente des Statistiques de l’enseignement supérieur, en 2012 le cégep anglais y accaparait 36 % de l’effectif étudiant collégial à temps plein et à temps partiel. Au pré-universitaire, c’était 44 %.

La suite : http://lautjournal.info/20170419/le-libre-choix-au-cegep-un-suicide-linguistique