On peut faire dire n’importe quoi aux statistiques

Jean-Marc Fournier : enfumage et tripotage de chiffres!

Anglicisation du Québec vs la défrancisation du Canada

Jean-Marc Fournier

La revue Défense de la langue française  (no 262, 4e trimestre 2014) publie un court texte portant sur le nombre de francophiles décelés, automne 2015, au Canada (en dehors du Québec) par le ministre Jean-Marc Fournier et sur le nombre d’anglophiles en territoire québécois établi par le démographe Michel Paillé. J’annexe ci-dessous le texte de Défense de la langue française.

On aurait 2,6 millions de francophiles au Canada anglais sur une population de 28 millions (36 millions moins 8 millions de Québécois) et 3,7 millions d’anglophiles au Québec sur une population de huit millions. En somme, le Canada (hors-Québec) compterait 7,3 % de francophiles. Parallèlement, le Québec compterait de son côté 44 % d’anglophiles. La cinquième (!) colonne québécoise au Canada semble, à vue de nez, beaucoup moins forte que celle du Canada anglais au Québec.  Y a-t-il lieu de pavoiser?

Texte publié dans la revue Défense de la langue française :

Mesure des forces du français au Canada
En Amérique du Nord, au Canada et au Québec, on évalue périodiquement la force des langues en contact.

Au cours de 2016, le ministre québécois de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier, a fait part de l’existence de 2,6 millions de francophiles au Canada anglais, sans tenir compte des francophones et francophiles du Québec. Depuis, les chercheurs et les citoyens cherchent à cerner le sens du mot « francophile » et surtout son poids culturel. Le démographe Michel Paillé a analysé le phénomène et il l’a inversé en évaluant les anglophiles en sol québécois. Les résultats de son exercice furent publiés dans le Huffington Post du 11 décembre 2015 (http://quebec.huffingtonpost.ca/michel-paille/les-francophiles-du-canada-anglais-selon-le-ministre-jean-marc-fournier_b_8762296.html ) et dans le mensuel L’Action nationale (septembre 2016).

Le Canada anglais alignerait 2,6 millions de francophiles selon Monsieur le ministre. Mais, le Québec, combien d’anglophiles? Après avoir décortiqué la méthode utilisée pour en arriver au décompte des francophiles de l’extérieur du Québec, le démographe l’applique au territoire québécois. Il constate alors que le Québec compte 3,7 millions d’anglophiles.

C’est dire que l’avenir du français au Québec et au Canada n’est pas fixé irrémédiablement. Le français peut compter sur l’appui de 2,6 millions de francophiles au Canada anglais, mais l’anglais peut s’appuyer sur 3,7 millions d’anglophiles au Québec seulement.  À  première vue, le sort du français au Canada anglais semble moins assuré que celui de l’anglais au Québec si on ne tient compte que de cet indice.

Gaston Bernier
Québec

Participez à la discussion en laissant un commentaire...