Montréal – Élections municipales 2017 : trop, c’est trop!

Dites-le le 5 novembre ou aux votes par anticipation. Mais surtout, dites-le!

Bien que ciblant Montréal, tous les éléments de réflexion ci-dessous sont transposables à toutes les municipalités en élection au Québec. Merci de faire suivre svp!

  • N’en avez-vous pas assez du silence et de la complicité de ces politiciens en faveur de l’anglicisation systématique de Montréal?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent de faire de Montréal une ville française?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent de promouvoir Montréal comme grande métropole québécoise et canadienne de langue française?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent de reconnaître que Montréal est une grande ville internationale de langue française?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent, à  la lumière du recul du français, de s’engager résolument à faire du français, la langue commune d’usage public?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent de faire du français, la langue commune de la diversité?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent  de dire que tout le monde au Québec est censé connaître et parler français, sinon l’apprendre?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent de cesser de bilinguiser, d’angliciser systématiquement les services municipaux?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent de déclarer que tout ce qui est en français s’adresse à tout le monde?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui refusent de participer à la cohésion, au rapprochement par le partage du français comme langue commune?
  • N’en avez-vous pas assez de ces politiciens qui vous écrasent, vous infériorisent, vous banalisent, vous marginalisent, vous défrancisent, vous anglicisent?

Aux prochaines élections, faites les bons choix ! Votre vote peut faire toute la différence!

Bien que ciblant Montréal, tous les éléments de réflexion ci-dessus sont transposables à toutes les municipalités en élection au Québec. Merci de diffuser!

3 commentaires

  1. Le contrat de mariage : Canada / Québec.

    Le Québec n’a pas signé la constitution Canadienne de 1982. René Lévesque à refusé de signer un nouveau contrat de mariage avec le Canada anglais, rédigé uniquement en anglais, dans son dos et sans son consentement. Un document imposé de force, qui refusait de reconnaître les québécois comme l’un des peuples fondateurs du Canada, qui de plus, une constitution Canadienne qui diminuait considérablement les pouvoirs de notre Assemblée Nationale. Nous engager avec une sorte de contrat de mariage, dans une constitution canadienne avec ( l’autre peuple fondateur ) qui ne reconnaît même pas et qui renie même, notre propre existence comme nation Québécoise…?

    Le Canada est un Pays anglophone. Nous l’avons perdu le Canada, au fil du temps, avec une politique Canadian d’immigration anglophone massive et de politiques assimilationnistes du gouvernement fédéral et des provinces anglophones envers les canadiens français. Malgré mes efforts, je ne peux me sentir Canadian. Çà me paraît de plus en plus évident et de plus en plus réel, que le Canada n’est pas et ne sera jamais mon Pays, notre Pays à nous, les Québécois de l’Amérique du Nord. Le Canada est géré , administré, dirigé et orienté par la majorité des provinces anglophones à Ottawa. La capitale nationale unilingue anglophone du Canada. Presque toutes les décisions politiques, économiques et sociales importantes, se prennent en fonction, des intérêts, des besoins et des priorités financières $$$ de Toronto ( Bay Street ) et dans l’intérêt d’abord et avant tout, de la majorité des provinces anglophones du Canada.
    Et c’a me paraît, tout à fait normal. Les anglophones sont majoritaires au Canada, ils occupent le territoire ( from coast to coast ) ils sont chez-eux, c’est leur Pays : Le Canada.

    Mais pour nous Québécois : le normal, le naturel et le meilleur; ne serait-il pas de ( VOIR ) plus loin et de ( VOIR ) plus grand. Notre liberté, le Maître chez-nous, notre avenir politique, économique et social, notre propre survie culturelle et linguistique, n’est certainement pas, de demeurer une simple province ou une simple région dans le Canada anglophone, mais de devenir un grand Pays francophone, dans toute sa diversité culturelle en Amérique du Nord, libre de ses choix et ouvert sur le Monde.
    Donc, vive le Québec libre.
    Vive le Canada libre.
    Et vive les 195 Pays libres du Monde.

  2. donc qui recommandez vous a la mairie ??? car moi j’en ai razbol de tous bilinguiser pour accommoder les immigrants anglos saxons qui refuse de s’ intégrer et d’apprendrent le francais.

    • Aucun d’entre-eux ne se respect asser pour résister au bilinguisme municipal de Montréal.

Les commentaires sont fermés pour cet article.