« L’expérience en a été principalement une d’humiliation, de négligence et d’abus. » (Justin Trudeau)

Six ans plus tard après sa première demande, Impératif français est de nouveau intervenu mardi dernier, le 19 septembre 2017, à la réunion régulière du conseil municipal de Gatineau pour lui demander, encore une fois, de faire disparaître l’hommage honteux que la Ville persiste à rendre au génocidaire et criminel de guerre Amherst en ne retirant pas son nom de la toponymie municipale gatinoise.  « Nous espérons que la Ville ne ratera pas cette fois-ci ce rendez-vous avec l’Histoire! » a déclaré le président Jean-Paul Perreault.

Impératif français déplore toutefois le maintien du silence du conseil municipal qui n’a toujours pas fait connaître son intention en réponse à son intervention.

Il y a six ans, en réponse au refus de la Ville, Impératif français avait déclaré par communiqué : « La Ville de Gatineau vient aujourd’hui de faire du 1er février (date du refus), la Journée mondiale de la honte, une journée sombre pour l’Humanité entière, mais encore plus pour tous les Peuples amérindiens de la Terre, en votant à la majorité en faveur d’un criminel notoire de guerre, Jeffrey Amherst, un criminel de guerre qui avait recommandé l’extermination des Amérindiens : « You will do well to try to innoculate the Indians by means of blankets, as well as every method that can serve to extirpate this execrable race »! (…) En refusant de faire disparaître de son espace public le nom du criminel de guerre, Amherst, la Ville de Gatineau  a aujourd’hui, à la majorité des voix (dix contre quatre), choisi de ne pas appuyer la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones. L’Histoire se souviendra! »

Justin Trudeau à l’ONU 2017

Impératif français se saisit du récent discours du Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau, devant l’Assemblée générale des Nations unies pour demander à la Ville de faire connaître publiquement ses intentions en tenant un nouveau vote à ce sujet à la réunion d’octobre du conseil.

Dans son discours à l’ONU, Justin Trudeau a exprimé la « honte » du Canada pour le mauvais traitement subi par les Premières Nations :  « L’incapacité des gouvernements canadiens successifs à respecter les droits des autochtones du Canada nous fait grandement honte. Et pour beaucoup trop d’autochtones, ce non-respect des droits persiste encore aujourd’hui (…) Pour les peuples autochtones au Canada, l’expérience en a été principalement une d’humiliation, de négligence et d’abus. »

Adresses utiles : http://www.gatineau.ca/portail/default.aspx?p=la_ville/conseil_municipal&mc=hp

Source :

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français

2 commentaires

  1. Je suis contre ces changements de noms. Le gouvernement Harper a déjà voulu changer le nom du pont Champlain. C’est une erreur. Le pire des salauds m’enseigne quelque chose sur l’Histoire…

    • C’est comme un tableau d’honneur : la figuration du nom d’une personne sur nos rues, monuments, édifices, etc., se justifie par les actions ou réalisations méritoires de celle-ci. Quant aux salauds de l’Histoire, leurs méfaits doivent être décrits dans des livres ou documents historiques. Il faut en finir avec tous les prétextes qui encouragent le masochisme de la soumission collective. Bravo à Impératif français de maintenir la pression !

Les commentaires sont fermés pour cet article.