Les plaintes à l’OQLF

Dix-sept mois plus tard ! Lenteur de traitement et inutilité des plaintes.

« La description en français m’aurait été nécessaire il y a 17 mois »!

Notre argent dépensé pour faire fonctionner l’Office québécois de la langue française ne sert à rien; c’est de l’argent jeté par la fenêtre.

J’ai été opéré aux yeux au mois de juin 2016 et parce qu’on m’avait remis la description pour un objet ophtalmologique uniquement en anglais j’ai fait une plainte auprès de l’OQLF. C’était il y a à peu près un an et demi et voilà que l’Office daigne enfin me répondre en me disant que je peux désormais obtenir le même objet avec la description en français si j’en fais la demande. La description en français m’aurait été nécessaire il y a 17 mois. L’obtenir maintenant à quoi cela peut-il bien me servir?

Cela prouve justement l’inutilité de l’Office, car la preuve est faite que cet Office agit au cas par cas.

Agir de cette manière n’a aucune influence sur l’avancement de la langue française et surtout pas pour sa protection.

Si le citoyen doit recommencer à chaque fois pour des cas semblables, ceux qui transgressent la loi peuvent continuer en toute quiétude, car la loi ne les punit pas ni ne leur fait subir aucun tort.

Quand on pense qu’il y a eu des personnes qui ont osé appeler l’Office de la langue française la « Police de la langue » on voit bien tout le ridicule de la situation. Ridicule, mais un « ridicule » qui nous coûte cher et qui est inutile.

Autre remarque importante concernant les plantes inutiles auprès de l’Office québécois de la langue française. Vu le temps extraordinairement long qu’il faut attendre avant de recevoir une réponse, il devrait être obligatoire de fournir au plaignant des renseignements qui permettent de se souvenir d’une situation. Le « N/Réf. » ne permet pas de savoir de quoi il s’agit. Un autre point qui prouve que notre argent est gaspillé.

La pièce jointe ci-dessous fait état de la situation. Son « N/Réf. » indique bien 2016.

Pierre (Pietro) Biacchi.

1 commentaire

  1. Tant que nous n’aurons pas “éliminé” le PLQ-CAQ du pouvoir, rien de positif ne se fera pour la promotion et la défense du Français au Québec; les fonctionnaires suivent les directives de leurs patrons et se la ferment au risque d’être congédiés ou tablettés… Ils ne sont pas à blâmer pour autant !

Les commentaires sont fermés pour cet article.