Le Canada avance en arrière?

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

La place du français à la Cour suprême du Canada : « La capacité pour un juge de s’engager dans une conversation [en français] n’est pas requise… »!

La Constitution de 1982 statue clairement que « le français est langue officielle du Canada »; « le français a un statut et des droits et privilèges égaux quant à son usage dans les institutions du Parlement et du gouvernement du Canada ». De son côté, la Loi sur les langues officielles, vieille de près de 50 ans, prévoit même «l’universalité d’accès en français et, en outre, des garanties quant au droit du public à l’emploi du français pour communiquer avec les institutions du Parlement et du gouvernement du Canada ou pour en recevoir les services. » C’est clair! Mais non!

Ajoutons à ceci que le Canada déclare être un pays francophone, membre de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dont la secrétaire générale est, elle-même, canadienne. En plus, le Québec, État membre du Canada, a le français comme langue officielle et nationale. Malgré tout ceci et le fait que plus de 30 % des Canadiens déclarent connaître le français, les pratiques de suprémacisme anglophone, de discrimination et de francophobie se poursuivent, voire se multiplient, cachées dans plusieurs cas par la manipulation politicienne!

En voici un exemple : il serait maintenant confirmé que les nouveaux juges de la Cour Suprême du Canada devront être « effectivement bilingues », selon le premier ministre du Canada Justin Trudeau. Bonne nouvelle, direz-vous. Mais attention! Sa ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould avait clarifié précédemment la portée de l’exigence « effectivement bilingues » en précisant qu’elle ne supposait pas de « pouvoir parler français » : « La capacité pour un juge de s’engager dans une conversation [en français] n’est pas requise… » avait-elle déclaré!!!

Adresse utile :

Jody Wilson-Raybould, ministre de la Justice

Jody Wilson-Raybould, ministre de Justice : Jody.Wilson-Raybould@parl.gc.ca

Sur le même sujet :

Le premier ministre ouvre le processus de sélection du prochain juge de la Cour suprême du Canada

Juges de la Cour suprême : bilingues sans parler français?

Participez à la discussion en laissant un commentaire...