Kevin O’Leary, le candidat a la chefferie conservatrice qui n’aime pas le Canada

Kevin O’Leary, le candidat a la chefferie conservatrice qui n’aime pas le Canada, ses deux langues officielles, la francophonie, refuse tout débat en français!…

Extraits de La Presse canadienne

La veille (du débat), plusieurs de ses collègues (conservateurs ont) exprimé leur mécontentement devant l’attitude de M. O’Leary, qui commentait sur Twitter le débat sans y être. Pour Lisa Raitt, qui parle elle-même très peu français, il était clair que M. O’Leary attendait de déposer sa candidature au lendemain du débat pour s’en sauver. Michael Chong a déploré un «manque de respect» à l’égard des francophones du Québec et du reste du Canada.

Pour sa part, l’ancien directeur des communications de Stephen Harper, Andrew MacDougall, a écrit dans une chronique d’opinion dans le Globe and Mail que le futur chef doit absolument être bilingue et que la candidature de M. O’Leary devrait être « rejetée du revers de la main ».

En entrevue, le président du mouvement Impératif français Jean-Paul Perreault a été beaucoup moins tendre avec l’ancien “dragon” : «C’est un baveux (…). Il n’a pas sa place dans le décor partisan, dans le décor politique canadien», a-t-il plaidé.

La vedette de « Dragons’ Den », diffusée sur les ondes de CBC, et de son pendant américain «Shark Tank» avait par le passé laissé entendre qu’il n’était pas nécessaire d’être bilingue pour tenter de devenir premier ministre.

Il s’est depuis ravisé et a affirmé à CTV que ce n’était qu’une question de temps avant que son français remonte à la surface. (Notre d’Impératif français : Selon vous, est-il crédible?)

Pour en savoir plus : http://www.aquilon.nt.ca/article/O-Leary-se-lance-dans-la-course-12-h-apres-le-debat-en-francais-201701191953/default.aspx

2 commentaires

  1. Oui pour partition et separation.

  2. D’accord avec Monsieur! Le Canada est un pays anglophone qui fait semblant d’être bilingue. Bref il n’y a aucune place pour le Québec au Canada et l’indépendance du peuple Québécois est la conséquence logique de cette simple reconnaissance de la réalité

Les commentaires sont fermés pour cet article.