Halte à l’assassinat programmé du français!

Conférence de presse pour exprimer la colère montante du peuple français (et de la Francophonie) contre l’imposition forcenée de l’anglais prétendument voué à remplacer le français.

Conférence de presse inter-associative

mardi 9 mai 2017, à 16 h, à la brasserie Le François Coppée,

1, bd du Montparnasse, 75006, Paris, au débouché du métro Duroc

Au nom de 32 associations pour le français et la Francophonie, les associations :

Avenir de la langue française (ALF) et CO.U.R.R.I.E.L. (Collectif unitaire républicain pour la résistance, l’initiative et l’émancipation linguistique)

vous invitent à participer sur le thème :

Halte à l’assassinat programmé du français !

– Pour exprimer la colère montante du peuple français (et de la Francophonie) contre l’imposition forcenée de l’anglais prétendument voué à remplacer le français.

– Pour désigner de hauts responsables à l’opinion publique et la mobiliser pour la résistance par une politique de redressement du français et de la francophonie.

Albert SALON
Docteur d’État ès lettres, ancien ambassadeur,
Président d’Avenir de la langue française
Georges GASTAUD
Philosophe,
Président du CO.U.R.R.I.E.L.

Les documents en hyperliens mettent en évidence la puissance et les effets de l’œuvre de démolition de notre langue et de notre culture – donc de la République et de la France –  entreprise par l’empire et par ses agents qualifiés par Michel Serres de « collabos de la pub et du fric ».

Le but de cette conférence de presse est bien d’abord (« Nous constatons ») de faire prendre à notre peuple une claire conscience de cette œuvre de destruction aux effets dévastateurs pour la République, la France, la démocratie politique et la cohésion sociale.

« Nous accusons ! » : les plus hauts responsables connus – de divers bords – de l’assassinat programmé depuis quatre décennies sont nommément désignés. Un inventaire en annexe présente leurs plus récentes turpitudes, au fil des deux derniers quinquennats…

Nos associations, dans « Nous agissons », vous présentent leurs campagnes en cours : amendement « Droit au français » au projet de loi « Égalité et citoyenneté » ; Brexit et suppression de l’anglais de la liste des langues officielles de l’UE ; nos 14 propositions d’engagement des candidats à l’Élysée pour le français et la Francophonie; lutte et procès contre le slogan en anglais pour présenter la candidature de Paris aux JO de 2024 ; et le bouquet de centaines de votes de notre manifeste « Communes pour la langue française ».

Nos associations appellent à la résistance le peuple et ses représentants nationaux, territoriaux, ses partis, ses institutions civiles et religieuses, ses associations, ses syndicats, comme elles ont – 35 d’entre elles – ces derniers mois, saisi tous les candidats à la présidence de la République, par la lettre et le dossier joints.

Nos associations vous présentent enfin (« Nous proposons ») leurs propositions de sursaut par une véritable politique du français et de la francophonie, résumées dans les 14 propositions d’engagement jointes soumises à l’endossement des candidats à l’Élysée.

Votre participation active à la Conférence de presse du 9 mai et, plus généralement, à notre œuvre de salut public, recevrait toute la gratitude d’ALF et de CO.U.R.R.I.E.L., qui font vivre la synergie des 32 associations pour le français et la Francophonie.

Dans l’attente de votre réponse à notre invitation, nous vous prions de bien vouloir recevoir l’expression de toute notre considération et de nos sentiments de cordiale solidarité.

Albert SALON
Docteur d’État ès lettres, ancien ambassadeur,
Président d’Avenir de la langue française
Georges GASTAUD
Philosophe,
Président du CO.U.R.R.I.E.L.

 

Voici le communiqué de presse  que plusieurs de nos associations avaient, à l’initiative de CO.U.R.R.I.E.L., envoyé en pré-annonce à des journalistes et à divers destinataires :

Déclaration à la presse des associations de défense de la langue française.

À l’occasion des élections présidentielle et législatives,

EXIGEONS UN GRAND DÉBAT SUR L’ARRACHAGE DE LA LANGUE FRANCAISE AU PROFIT DU TOUT-ANGLAIS.

Alors qu’approchent les élections, une majorité de candidats et de grands médias élude le débat politique sur le basculement de plus en plus cynique de notre pays au tout-anglais.

La contradiction est éclatante entre les citoyens, dont 80 % jugent que le français est le lien principal de la nation, et certaines « élites » politico-médiatico-économiques qui, en tous domaines (pub, enseignes, Université, recherche, intitulé d’émissions, de chaînes, de journaux, « com » des grandes entreprises), violent la loi de 1994 et l’article II de la Constitution en promouvant méthodiquement le « Business Globish ». Or, que serait la France sans sa langue, si ce n’est ce « couteau sans manche dont on a perdu la lame » que raillait jadis Lichtenberg ?

C’est pourquoi les défenseurs du français qui ont déjà fustigé ensemble le honteux slogan olympique en anglais qui prostitue Paris, appellent les citoyens de toutes opinions à poser systématiquement aux candidats la question suivante : « Que ferez-vous une fois élu pour combattre le basculement de la France au tout-anglais, défendre la francophonie mondiale et faire respecter la Constitution qui dispose que « la langue de la République est le français ? »