Guide de francisation à l’usage de tous et de toutes

Pour diffusion

Nombreux sont ceux qui reconnaissent que le français recule au Québec, que l’anglicisation progresse, que les pratiques d’anglicisation ou de bilinguisation se multiplient, que nos gouvernements de tous ordres appuient de plus en plus la mouvance défrancisante en s’éloignant du projet de société de bâtir pour l’avenir un Québec résolument différent, en français, en Amérique et dans le monde. Voilà pourquoi nous faisons un appel à la démocratie, à tous et toutes, en lançant ce « Guide de francisation  à l’usage de tous et de toutes ».

L’important est d’agir!
« Guide de francisation  à l’usage de tous et de toutes »! 

Ce Petit guide se veut avant tout être une invitation à la réflexion et à l’action pour l’avancement du français. Certains et certaines y trouveront des réponses sur ce qu’ils peuvent faire ou ne pas faire. L’important est d’agir!

1) On s’adresse à vous en anglais dans un lieu public.

– Souriez et répondez par un « bonjour », un simple mot qui envoie un message clair à savoir que le français est langue d’usage public.
– Ou souriez et répondez gentiment par une question du genre « Je peux vous aider? » qui envoie le même message clair.
– Ou développez les automatismes universels du genre : « En français svp », « pardon »…
– Surtout, évitez de vous faire imposer l’anglais.

2) Vous rencontrez ou connaissez des allophones

Vous pouvez leur rendre un service important, service que de nombreux allophones réclament d’ailleurs : aidez-les à devenir fiers de parler la langue française et à s’intégrer à leur société d’accueil en leur parlant en français… mais surtout pas en anglais.

3) Que faire si l’on vous reçoit en anglais dans un commerce?

– Répondez par un simple « bonjour » indiquant ainsi clairement qui c’est en français que l’on magasine et brasse des affaires au Québec.
– Si le commerçant s’obstine à continuer en anglais, soyez encore plus clair en répondant  « en français svp ».
– S’il vous dit qu’il ne parle pas français, faites comme lui et répliquez « du « tac au tac » que vous ne parlez pas anglais.
– Mais, surtout, ne parlez pas anglais! Au Québec, le client a le droit d’être reçu, servi et informé en français et les commerces l’obligation de respecter ces droits. Vous n’avez pas à offrir aux commerces le service qu’ils doivent vous offrir!
– Vous pouvez aussi dénoncer ces commerces pour leur mauvais service à la clientèle.

4) Vous êtes témoin d’une situation où les employés d’une entreprise travaillent en anglais.

On nous rapporte chaque semaine de nombreux cas où les employeurs ne respectent pas le français comme langue de travail ni ne se soucient d’informer leur personnel que c’est la langue de travail dans leur entreprise, langue qui se trouve à être également langue de travail au Québec. Alors, avec un grand sourire, vous pourriez dire par exemple :

– Le français n’est-il pas la langue de travail au Québec?
– Pourtant, des cours de français, il s’en donne!

5) On vous reçoit au téléphone par un « Press Nine » ou pire, par un message bilingue. Laissez un message au répondeur en disant :

– Votre « Press Nine »est inutile puisque tout le monde au Québec doit parler français, sinon l’apprendre; alors pourquoi dire deux fois la même chose!
– Il encourage les immigrants à ne pas apprendre le français et à préférer l’anglais.
– Qui ne sait pas que c’est après le son du timbre qu’il faut laisser son message!

6) Les « Yours to discover » fréquemment vus sur les plaques automobiles en Outaouais. Votre voisin ou collègue vit au Québec, mais son automobile est immatriculée en Ontario parce qu’il ne veut pas payer ses impôts au Québec. Fraude fiscale? Et trafic d’identité? Que faire puisque vous ne voulez pas avoir à payer, en plus des vôtres, ses impôts?

– Demandez-lui pourquoi il ou elle n’a pas immatriculé son automobile au Québec.
– Demandez-lui où il ou elle paie ses impôts.
– Si c’est nécessaire, reposez-lui ces questions souvent.
– Informez la Sécurité publique, car la situation est illégale. Il s’agit de vol!

7) À Ottawa, dans la capitale du Canada, pays où le français est langue officielle

– Parlez toujours en français.

8) Au sein des établissements fédéraux

– Exigez d’être toujours servi en français.

9) En visite ou en vacances à l’étranger

– La langue française est populaire dans le monde. Aussi ne faut-il pas hésiter à s’adresser d’abord en français, langue universelle et deuxième langue seconde la plus parlée et apprise dans le monde.

10) Défendez vos droits

– Des droits que l’on ne fait pas respecter, ce sont des droits que l’on perd en même temps que le respect de soi et des autres. Faites connaître les délinquants.

11) L’anglicisation par la bilinguisation systématique progresse au Québec. Vous le voyez et l’entendez de plus en plus. Que faire?

– A vous d’agir et de parler, car ceci est contre-productif et ne favorise pas le rapprochement et la cohésion sociale puisque tout le monde au Québec doit parler français, sinon l’apprendre, et que, par conséquent, tout ce qui est en français s’adresse à tout le monde. Le français est la langue commune d’usage public et de la diversité. C’est la langue de l’inclusion!

12) Quant aux enjeux structuraux importants tels que l’application de la loi 101 aux organismes et entreprises de compétence fédérale au Québec; l’existence d’un seul système scolaire de langue française pour tous et toutes au niveau collégial ou, pour le moins, l’application de la Charte de la langue française au niveau collégial; l’application de la Charte de la langue française aux entreprises de dix employés ou plus; le respect de la politique linguistique gouvernementale dans l’Administration qui « privilégie l’unilinguisme français dans ses activités afin de bien marquer le fait que le français est à la fois la langue officielle et la langue normale et habituelle de l’Administration et de l’espace public ainsi que l’instrument premier de la cohésion sociale du Québec »; l’abolition des « Press Nine » au sein des établissements publics (et ailleurs); l’élaboration d’un cadre politique qui reconnaît le caractère particulier et unique du Québec en adoptant des politiques et des mesures territoriales en faveur de l’avancement du français; etc.

– Dans tous les cas, nous vous invitons à intervenir auprès des formations politiques, des élus;
– Et d’envisager de n’appuyer aux élections que les candidats, candidates et formations politiques qui s’engagent clairement et « concrètement » en faveur de l’avancement du français.

12)     Et enfin, merci de diffuser abondamment ce Guide de francisation à l’usage de tous et de toutes

Source :
Impératif français
Recherche et communications
www.imperatif-francais.org
Imperatif@imperatif-francais.org

12 commentaires

  1. L’ingnorance franco-québecoise sans limite. The more languages one understands the more the world opens to them.

    Les Québecois isolent du reste du monde en demerant unilinguistes.

    • Vraiment !! Je préfère ma langue française que l’unimondialiste de la langue anglaise !! Donc, selon vous il y a plusieurs pays isolé Espagne, Japon, Italie, Chine, Russie, etc etc etc……… Tous unilingues ?

    • Faudrait peut-être apprendre à maîtriser le français écrit avant de préconiser l’apprentissage d’autres langues. Qui se respecte respecte sa langue !

    • Au Québec, nous sommes les plus bilingues au Canada.
      C’est quoi l’excuse des anglos de rester unilingues et de ne pas apprendre le français?
      Il en n’ont aucune à part ne pas vouloir apprendre la langue des « conquis »…, le monde entier fonctionne en anglais, bla bla bla…
      Est-ce que l’anglais vaux plus pour vous que le français? J’espère que non.
      L’ignorance commence par vous-même…

    • Je ne comprend pas votre reponse, je ne crois pas que connaître une autre langue ou même plusieur est mal, le probleme c’est se faire respecter ici, que le francais est la langue officiel dans les comerces , et le faire respecter, moi je suis fiere de qui je suis et pour moi c’est se qui compte

    • Il y a une différence entre le bilinguisme individuel et le bilinguisme collectif. Je parle 4 langues, mais je m’adresse toujours en français en premier et je demande toujours le service en français. Évidemment, si je suis dans une ville totalement anglophone, je vais parler en anglais, tout en leur faisant savoir que ma langue maternelle est le français. Si je suis à Cuba, je parle en espagnol et si je suis en Italie, je parle l’italien, tout en étant fier de dire que je suis francophone. Vous comprenez la différence entre le bilinguisme collectif et l’individuel? C’est aussi simple que ça.

    • Promouvoir le français n’est nullement une ignorance de l’anglais. Le croire est, à bien des égards, d’une ignorance désolante.

    • Défendre sa langue maternelle et encourager sa survie est loin de l’ignorance et de l’unilinguisme.

  2. Pouvez-vous nous dire ce qui se produira lors de la prochaine campagne électorale, si le Parti Quèbécois déclare vouloir appliquer la Loi 101 au niveau Collégial ?
    Comment les milliers d’étudiants allophones au Secondaire qui prévoient fréquenter les CÉGEPS anglophones vont-ils réagir ? Vont-ils applaudir et se réjouir ou s’ils ne vont pas plutôt manifester chaque jour bruyamment pour nuir et enpècher l’èlection d’un gouvernement péquiste ?
    Alors si les Libéraux sont encore réélus pour 4 ans, croyez-vous que le sort de la langue française s’en trouvera mieux ???

    D’autre part, la proposition de J-F Lisée d’imposer des tests de français aux étudiants des CÉGEPS anglophones, placera ceux-ci dans une très mauvaise position pour manifester, car le message qu’ils enverraient serait qu’ils ne veulent pas apprendre et parler le français. Ce qui serait très mal vu chez tous les électeurs francophones!
    Est-ce que la solution (temporaire) n’est-elle pas là ?
    Une fois élu de façon majoritaire, le PQ pourra apporter d’énormes améliorations à la Charte de la Langue Française ! Mais il doit d’abord se faire élire, non ?

  3. et dans la milieu de sante ,,aussi ?

  4. Et en Ireland et a New York ?

  5. Il y a un groupe qui s’appelle Mundo Lingo Montréal. C’est un club d’échange de langues. Il y a plusieurs nouveaux arrivants qui veulent avoir du soutien pour apprendre le français mais qui n’en trouvent pas. C’est une belle façon de les intégrer et de rencontrer des nouvelles personnes! Comme c’est écrit plus haut, on ne doit pas attendre que le gouvernements agissent. On doit prendre notre destinée en main! Donnez de votre temps si vous le pouvez et profitez-en pour apprendre une autre langue pourquoi pas?

Les commentaires sont fermés pour cet article.