C’est très évident que ce premier ministre vit très mal son identité québécoise. Il transpire la honte!

Depuis des lustres, dès que l’on parle de mesures pour l’avancement et pour un plus fort aménagement linguistique du français au Québec, le Parti libéral cherche à culpabiliser les Québécois en ce qui concerne leur langue, leurs accents, leur histoire et leur géographie pour les faire taire. On détourne le débat sur le prestige et le pouvoir du français vers la culpabilisation du genre « vous parlez mal »! L’équivalent étant « taisez-vous! »

Cette fois-ci, pour avoir plus d’impact, c’est le premier ministre, lui-même,  qui le déclare à l’Assemblée nationale. Il s’empresse de dire aux Québécois.es qu’ils parlent mal.

Dans le débat pour que l’accueil dans les commerces et entreprises du Québec se fasse par un simple « Bonjour » universellement connu et agréable à entendre au lieu de l’irritant « Bonjour / Hi » sans âme, M. Couillard, le premier ministre du Québec, est revenu aux vieilles habitudes libérales d’écraser le peuple en le qualifiant par ces mots : « irritants », « les francophones qui ne parlent pas notre langue correctement, et qui ne l’enseignent pas correctement, et qui ne veillent pas à assurer une qualité constante dans la langue française ».

Faut le faire, s’il n’est pas content de la qualité de l’enseignement, il n’a qu’à s’en prendre à son Parti qui a été au pouvoir près de 25 ans au cours des trente dernières années. Et puisqu’il faut le lui rappeler, c’est son Parti qui a multiplié les mesures systématiques de défrancisation et d’anglicisation du système scolaire de langue française et qui continue de le faire.

M. Couillard, ce n’est sûrement pas en anglicisant le système scolaire de langue française, en confiant plus de pouvoir à la communauté anglophone, en soutenant les « Bonjour/Hi » et les « Press Nine », en refusant de bonifier la Charte de la langue française, en promouvant l’anglais comme langue de travail jusque sur les chaînes de montage, en étant gêné de parler français à l’international, en anglicisant vos déclarations… que le français aura plus de pouvoir, qu’il y aura plus de français au Québec et au Canada et que la qualité du français s’améliorera.

Sur le sujet de la langue parlée au Québec, le Québec est un plus au sein de la francophonie malgré vous. Nous sommes riches de notre différence, de nos accents, de nos nombreux néologismes, de nos artistes, de nos écrivains, de notre cinéma…

Cessez de culpabiliser le peuple à l’égard de sa langue et ses accents et mêlez-vous de vos affaires, mais mêlez-vous-en. Il est urgent que vous cessiez votre anglomanie pour vous rappeler que vous êtes premier ministre du Québec, un État français riche de sa personnalité et de sa différence en Amérique et dans le monde.

1 commentaire

  1. Cet homme est une véritable honte ! Il n’a cessé de bafouiller notre peuple qu’il représente pourtant. Il est totalement indigne de cette fonction. Comment se fait-il que nous l’élisions sans cesse? Avons-nous honte de nous a ce point? Sommes-nous devenus les valets du Canada? Sommes-nous a ce point inconscient de notre valeur, de nos ressources, de notre propre identité pour élire notre propre bourreau?
    J’en appelle a la conscience de tous et chacun. Nous ne sommes pas les valets de quiconque et nous devons au plus sacrant prendre les rênes et devenir Maîtres chez NOUS!

Participez à la discussion en laissant un commentaire...